Coupe du monde : cinq choses à retenir du match Sénégal-Colombie

, modifié à
  • A
  • A
Salif Sané face à la Colombie (1280x640) EMMANUEL DUNAND / AFP
Salif Sané et le Sénégal ont manqué l'occasion, jeudi, de se qualifier pour les huitièmes de finale. © EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

Vainqueur du Sénégal, la Colombie se qualifie pour les huitièmes de finale. Les Lions de la Teranga, derniers représentants africains, sont éliminés.

Il n'y a plus d'équipe africaine dans le Mondial. Le dernier représentant du continent, le Sénégal, a été éliminé jeudi après sa défaite face à la Colombie, à Samara (1-0). Pourtant, dans le même temps, le Japon a lui aussi été battu par la Pologne, qui était déjà éliminée avant cette dernière journée, mais sur le même score de 1-0. Et c'est donc au classement du fair-play que le Japon, qui a reçu deux cartons jaunes de moins, se qualifie aux dépens du Sénégal. L'Afrique ne comptera donc aucun représentant en huitièmes de finale, une première depuis 1986. Grâce à son succès, la Colombie termine elle première de son groupe et affrontera soit l'Angleterre, soit la Belgique, mardi prochain.

Le Sénégal éliminé pour deux cartons jaunes. Fait rare dans un Mondial, le Sénégal et le Japon, à égalité avant cette dernière journée et tous les deux battus 1-0 jeudi, ont été départagés au classement du fair-play. Même nombre de points (4), même différence de buts (0), même nombre de buts marqués (4), résultat nul 2-2 dans leur confrontation directe, il a fallu aller jusqu'au dernier critère avant le tirage au sort, le classement du fair-play, pour départager les deux équipes. Sur les trois matches, aucune des deux équipes n'a reçu de carton rouge. Mais le Sénégal a écopé de six cartons jaunes (dont un jeudi) et le Japon de seulement quatre (dont un jeudi aussi) et c'est pour cette raison que dernier représentant africain rentre à la maison. Dur.

Et Mina mina le Sénégal… Conséquence du scénario inattendu qui a vu le Japon s'incliner (car la Pologne était déjà éliminée et n'avait plus rien à espérer), le but colombien inscrit de la tête par Yerry Mina, son deuxième dans la compétition, sur un corner venu de la droite (74e), a plus éliminé le Sénégal qu'il n'a qualifié la Colombie. Le Japon ayant perdu face à la Pologne, les Cafeteros auraient été qualifiés même en cas de match nul, mais à la deuxième place du groupe, derrière le Sénégal, passé sur ce but de la première à la troisième place de ce groupe H, synonyme d'élimination…

Un penalty accordé à Mané, puis invalidé par la vidéo. Comme Neymar face au Costa Rica, Sadio Mané s'est vu accorder un penalty, avant que l'intervention de l'arbitrage vidéo n'inverse la décision initiale de l'arbitre (16e). Pas de chute exagérée, cette fois, mais un tacle engagé de Davinson Sanchez qui a fait tomber l'attaquant de Liverpool. Les ralentis ont plutôt donné raison à l'arbitre Milorad Mazic, qui s'est déjugé sur la foi d'une image où l'on voit bien le défenseur colombien toucher le ballon avant les jambes du joueur sénégalais.

Mané impuissant, Ospina vigilant. Très attendue pour ce match décisif, la star du Sénégal Sadio Mané, qui a obtenu un penalty qui n'en fut pas un, n'a guère brillé par ailleurs. Son accélération sur le côté gauche, peu avant la demi-heure de jeu, a permis à Keita Baldé de mettre le portier colombien David Ospina à contribution. Mais ce que l'on retiendra sans doute de son match, c'est sa glissade, sur un coup franc très bien placé qu'il avait lui-même obtenu (64e). En fin de match, après l'ouverture du score colombienne, Mbaye Niang, rapidement averti (et qui aurait été suspendu pour le huitième de finale), a eu la plus belle occasion sénégalaise, mais Ospina s'est montré très solide pour sceller le succès et la première place de son équipe (77e).

James sorti sur blessure. À peine une demi-heure, c'est le temps qu'a passé James Rodriguez, maître à jouer de la Colombie, sur la pelouse de la Samara Arena, jeudi. La faute à une rechute de sa blessure au mollet gauche, qui l'avait déjà contraint à débuter ce Mondial sur le banc. Entré en jeu à la pause lors du premier match contre le Japon (1-2), il n'avait rien apporté. En revanche, titulaire contre la Pologne lors du deuxième match (3-0), il avait été l'auteur de deux passes décisives. Jeudi, jamais touché par ses partenaires, de toute évidence pas dans le rythme physiquement, James a été remplacé par Muriel et a rejoint les vestiaires avant de revenir sur le banc de touche et de jouer les entraîneurs adjoints aux côtés du sélectionneur, José Pekerman. Le staff médical de la Colombie a cinq jours pour le remettre sur pieds pour le huitième de finale.