Protection des données : l'équipementier automobile Continental bannit Whatsapp et Snapchat

  • A
  • A
Protection des données : l'équipementier automobile Continental bannit Whatsapp et Snapchat
L'entreprise allemande Continental estime que les deux applications ne respectent pas le nouveau RGPD@ OLE SPATA / DPA / AFP
Partagez sur :

L'équipementier automobile allemand Continental interdit l'utilisation des applications WhatsApp et Snapchat sur les téléphones professionnels fournis par l'entreprise.

L'équipementier allemand Continental a annoncé mardi interdire désormais à une partie de ses employés d'utiliser les messageries WhatsApp et Snapchat sur leur téléphones professionnels, jugeant ces applications non respectueuses des nouvelles réglementations européennes sur la protection des données.

Des tiers qui ne sont pas consentants. "Selon nous, ces services présentent des déficiences en terme de protection des données car ils accèdent aux données personnelles et potentiellement confidentielles de l'utilisateur, comme ses contacts, qui eux, en tant que tiers, ne sont pas consentants", justifie l'entreprise allemande dans un communiqué.

L'équipementier de Hanovre, qui fabrique aussi bien des pneus, des pièces automobiles que des logiciels, a indiqué que cette interdiction s'appliquait aux téléphones professionnels fournis par l'entreprise de 36.000 de ses 240.000 employés à travers le monde.

Une lecture rigoriste du RGPD. Continental estime que ces applications contournent partiellement le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), entré en vigueur le 25 mai dernier. Rappelant l'activisme des tribunaux allemands à imposer aux GAFA, notamment Facebook, une vision plus stricte que ses voisins européens de la protection de la vie privée, Continental assume une lecture rigoriste du texte européen, qui a fait du consentement éclairé de chaque utilisateur à la transmission de ses données, une pierre angulaire.

"Pour satisfaire les exigences de la RGPD, chaque utilisateur devrait, dans le cas de WhatsApp, obtenir la permission de chaque contact dans son carnet d'adresse de partager ses données avec ces services", déclare l'entreprise, ajoutant qu'elle jugeait cette solution "infaisable".

Une première fronde contre les GAFA. Continental est la première multinationale allemande à publiquement défier l'un des GAFA sur la question de la protection des données. L'entreprise se dit prête à autoriser de nouveau l'usage de Whatsapp et Snapchat à ses employés, si les deux géants modifient leurs paramètres d'utilisation.