Internet fixe : la 4G au secours des petits villages

  • A
  • A
Internet fixe : la 4G au secours des petits villages
Orange lance une nouvelle offre 4G fixe.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

Les opérateurs multiplient les initiatives pour connecter les villages où les connexions Internet traditionnelles fonctionnent mal en 4G.

La 4G comme solution pour les foyers qui ne peuvent pas accéder à l'internet haut débit fixe. Depuis quelques mois, cette idée fait son chemin chez les opérateurs. Bouygues Telecom s’était notamment lancé fin janvier avec sa 4G Box. Orange lui emboîte le pas cette semaine avec une nouvelle box, la Flybox, et une solution baptisée 4G Home. Avec ces solutions, les opérateurs tentent d'améliorer l'accès à Internet des petites communes à moindre coût.

Et si les opérateurs se lancent dans la course à cette connexion d'un nouveau genre, c'est que la couverture 4G du territoire commence à être particulièrement importante. Bouygues Telecom revendique par exemple 85% de la population couverte. Orange, de son côté, affirme que 88% des Français peuvent accéder à son réseau mobile très haut débit. Forts de ces chiffres et des investissements importants réalisés pour y arriver, les opérateurs souhaitent désormais l'utiliser pour fournir les zones où la connexion Internet à très haut débit est difficile. "Notre offre s'adapte vraiment à des zones reculées identifiées où le réseau fixe est défaillant et les clients ont un débit de moins de 4Mb/s, mais où la 4G est disponible", explique à europe1.fr Fabienne Dulac, directrice exécutive d'Orange France.

Profiter de la 4G existante        

Fin janvier, Bouygues Telecom, avait choisi la commune de Neuville-de-Poitou et ses 5.400 habitants pour lancer sa 4G Box. "Votre commune rassemble trois caractéristiques : les habitants expriment une forte demande de connexion, la techno qui amène internet - le vieux cuivre - n'est pas satisfaisante et votre commune est remarquablement couverte par le réseau 4G", avait alors détaillé le PDG de Bouygues Telecom, Olivier Roussat. De manière générale, les opérateurs cherchent à adapter le réseau utilisé aux usages. "Nous essayons de mixer toutes les technologies possibles. Nous utilisons de façon opportuniste un réseau existant qui répond à un besoin", précise la responsable d'Orange France.

Dans la pratique, cette box a pour principal avantage de s'installer facilement au domicile de l'abonné. Seul un branchement sur une prise secteur est nécessaire pour alimenter le boîtier qui crée ensuite un réseau Wi-Fi comme n'importe quel box Internet traditionnelle. Ce dernier intègre une carte SIM avec un forfait spécial offrant un fort volume de data (40Go chez Orange, pas de maximum chez Bouygues). L'utilisateur bénéficie alors d'un débit moyen supérieur à 50Mb/s. Quant à la limitation des 40Go imposée par Orange, "on estime que ça correspond aux besoins", assure Orange. "Il ne faut pas oublier que cet usage va venir grappiller sur le réseau 4G mobile de l’ensemble des utilisateurs qui sont dans la zone. Le choix de cette limite nous permet d’être sûrs que la qualité de la connexion ne sera pas dégradée", explique Fabienne Dulac.

Une solution encore imparfaite

Pour autant, ces boxs ne sont pas la solution parfaite à toutes les situations. Il est en effet nécessaire que la commune soit parfaitement couverte en 4G. Et si elles permettent d'accéder à Internet, elles ne peuvent pas être utilisées pour la diffusion de la télévision ou la transmission téléphonique. "Nous avons choisi de proposer une offre incluant seulement internet car lors de nos tests nous avons constaté qu'en proposant également la télévision, la qualité des deux services était dégradée", explique Orange. Résultat, les canaux de ventes sont quelques peu particuliers. "Pour le moment, nous sommes sur un lancement a minima où nous appelons des clients éligibles que nous avons repérées". Mais le service sera pleinement lancé "dès le 18 mai avec plus de 7.000 zones géographiques et 100.000 clients éligibles", promet la patronne d'Orange France.

Cette démarche n’est pour autant pas totalement philanthropique. Les tarifs de ces solutions sont en effet légèrement plus élevés que ceux des abonnements classiques. Bouygues Telecom propose en effet un forfait à 29,99 euros par mois, quand sa box entrée de gamme est commercialisée avec un forfait à 19,99 euros. Du côté d'Orange, l'offre est aussi plus coûteuse que l'ADSL traditionnel, à 36,99 euros par mois, plus l'achat de la box (74,99 euros). Mais elle reste moins chère qu'une offre fibre.