World Series de baseball : les États-Unis retiennent leur souffle

  • A
  • A
World Series de baseball : les États-Unis retiennent leur souffle
Kyle Hendricks et les Cubs vont tenter de mettre fin à la malédiction, mercredi soir, à Cleveland.@ JUSTIN K. ALLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Le septième et dernier match des World Series a lieu mercredi soir. Il oppose les Indians aux Cubs, deux équipes qui n'ont rien gagné depuis bien longtemps…

Mercredi soir, à 20h00 (1 heure du matin en France*), les États-Unis vont oublier pour un temps les e-mails d'Hillary Clinton et les impôts de Donald Trump pour suivre en nombre (près de 25 millions de téléspectateurs attendus) le septième et dernier match des World Series (ou Série mondiale, la fameuse finale au meilleur des sept matches de la MLB, Major League baseball), qui opposera au Progressive Field de Cleveland l'équipe locale des Indians aux Chicago Cubs.

Après avoir été menés 3-1 dans la série, les Cubs sont d'abord revenus au score dimanche (victoire 3-2) avant de décrocher un "Game 7" mardi soir (9-3). Un septième match à l'issue duquel "the winner takes all" ("le vainqueur remporte tout"), ce qui n'est pas si fréquent en MLB : ce sera simplement la sixième fois depuis 1992. C'est dire si l'excitation est au maximum de l'autre côté de l'Atlantique, d'autant que le résultat sera, à bien des égards, historique…

Chicago, 108 ans de disette. Une défaite inaugurale 6-0, deux matches à domicile perdus et un score de 1-3 après quatre matches : les fans des Cubs ont d'abord cru que le cauchemar allait se reproduire lors de ces World Series 2016. Un cauchemar qui les prive chaque année du titre suprême depuis… 1908 ! 108 ans, il s'agit de la plus longue série d'insuccès pour une franchise professionnelle aux États-Unis. Dans ce laps de temps, ils ont perdu pas moins de sept Séries mondiales, dont la dernière remonte quand même à 1945 ! Cette année-là, ils avaient d'ailleurs perdu au septième match…

La chèvre de monsieur Sianis. Lors de cette fameuse finale 1945, un restaurateur de Chicago, Billy "Goat" Sianis, assiste au match n°4 avec sa chèvre (oui, avec sa chèvre) dans l'enceinte de Wrigley Field (toujours utilisée aujourd'hui). L'odeur de l'animal incommode ses voisins, qui le prient de quitter les lieux. M.Sianis et sa chèvre s'exécutent, mais le restaurateur n'oublie pas de maudire les Cubs, prédisant qu'ils ne gagneront plus jamais les World Series.



Depuis, la malédiction de la chèvre de M. Sianis tient toujours et les Cubs attendent un succès dans les World Series depuis plus d'un siècle maintenant, un manque de réussite qui participe aussi de leur popularité partout dans le pays…

Cubs, "lovable losers". Le président des États-Unis en personne s'était d'ailleurs réjoui de la présence aux World Series des Cubs, ces "lovable losers" ou "perdants magnifiques". Invité la semaine dernière du late show de Jimmy Kimmel, Barack Obama, fan de l'autre équipe de baseball de Chicago, les White Sox, avait lâché après la qualification des Cubs : "Je suis bien sûr l'équipe de ma ville de naissance, même si ce n'est pas mon équipe". Taquin, il avait pourtant blagué dans la foulée : "Vous savez, j'ai regardé ces articles évoquant la dernière fois où les Cubs ont gagné les World Series. Thomas Edison (fondateur de General Electric, mort en 1931, ndlr) était encore en vie, et le pain en tranches n'avait pas encore été inventé. Pour les fans des Cubs, cette finale, c'est donc la meilleure chose depuis l'invention du pain en tranches."

Obama blague sur les Cubs :

Les moqueries sur les Cubs ne datent pas d'hier. En 1989, dans leur film Retour vers le futur 2, Bob Gale (scénariste) et Robert Zemeckis (réalisateur) envoyaient leur héros Marty McFly dans le futur où il découvrait avec stupéfaction que les Cubs avaient gagné les World Series. L'action se déroulait alors en… 2015. La prophétie annoncée sur les écrans va-t-elle se réaliser avec un an de retard ? Les fans des Cubs l'espèrent très fort !

Les Cubs vainqueurs des World Series, Marty McFly n'en croit pas ses yeux :

Cleveland, le deux en un ? Ironie de l'histoire, les Cubs, meilleure équipe de la saison régulière avec 103 victoires en 161 matches, tentent de briser la malédiction face à une équipe qui, elle aussi, a accumulé les déceptions au fil des décennies. La dernière victoire des Indians dans une Série mondiale remonte en effet à 1948. Depuis, les Indians ont perdu les World Series en 1954, 1995 et 1997, nourrissant le côté "loser" de la ville de Cleveland, qui s'est en grande partie envolé avec le succès de la franchise NBA, les Cavaliers, en juin dernier. Les fans des Indians pessimistes se rappelleront que les Cavs étaient menés 3-1 dans la finale face aux Golden State Warriors, tout comme les Cubs aujourd'hui. Les optimistes se souviendront au contraire que LeBron James et consorts avaient décroché le titre au match 7.

Les Cavs, jamais titrés avant la saison dernière, et les Indians, plus titrés depuis 1908, décrochant le Graal la même année ? Voilà qui serait historique pour la ville de l'Ohio. On peut en revanche annoncer que Cleveland ne réussira pas la passe de trois basket-baseball-football américain. En effet, après huit matches cette saison, les Browns n'ont toujours pas gagné et seront sans aucun doute privés de play-offs NFL pour la quatorzième fois de suite. La tradition, que voulez-vous…

*Le match est à suivre en direct sur BeIN Sports 2

L'attente a un (sacré) coût. Vous l'aurez compris, le septième match disputé mercredi soir est à tout point de vue historique. Et forcément, dans ces cas-là, les prix flambent. Le prix moyen pour assister à cette rencontre atteint ainsi les 1.900 dollars sur la plateforme de revente stubhub (1.700 euros), avec des prix dépassant même les 10.000 dollars (9.000 euros) pour les places les mieux situées, au niveau du diamant, derrière le batteur. Ce septième match, venu s'ajouter au programme, est également une sacrée affaire pour les hôteliers de Cleveland. ESPN annonce ainsi que le Hampton Inn de la ville a fait le plein à 1.500 dollars la nuit (1.350 euros), soit dix fois plus que le prix habituel…