VIDÉO - Portugal-France : les occasions manquées des Bleus

  • A
  • A
VIDÉO - Portugal-France : les occasions manquées des Bleus
André-Pierre Gignac trouve le poteau de Rui Patricio dans le temps supplémentaire...@ Franck FIFE/AFP
Partagez sur :

LE COUP EST PASSÉ PRÈS - Les joueurs de Didier Deschamps ont eu plusieurs occasions d'ouvrir le score face au Portugal. En vain.

Face à l'Allemagne, les Bleus ont été dominés mais ont gagné. Contre le Portugal (0-1), ils ont eu les occasions mais ont perdu. Ainsi va le football. Avant qu'Eder ne porte un coup fatal aux espoirs bleus, les joueurs tricolores avaient eu plusieurs occasions nettes. On rembobine le film.

Toute l'actu de la compétition, sur le Lab Euro, le site qui ne se contente pas des trois points !

10e minute : la claquette de Rui Patricio. Sur un délice de passe derrière la défense de Dimitri Payet, Antoine Griezmann, toujours impressionnant par son sens du timing, délivre une tête magnifique qui prend la direction de la lucarne. Mais le portier portugais Rui Patricio réalise une claquette main gauche incroyable et prive "Grizi" d'un septième but dans cet Euro.



34e minute : le tour de passe-passe de Sissoko. Très en vue en première période, Moussa Sissoko se joue d'Adrien Silva sur un mouvement de corps formidable. Appliqué, le milieu de terrain de Newcastle décoche ensuite une frappe puissante au premier poteau que Rui Patricio repousse.



66e minute : le raté de Griezmann. On a souvent loué le réalisme de Griezmann (y compris quelques lignes plus haut) pour ne pas souligner ici son raté. Sur un centre venu de la gauche de Kingsley Coman, l'attaquant de l'Atlético de Madrid, esseulé, reprend le cuir de l'arrière de la tête. La reprise, non maîtrisée, passe de peu au-dessus de la barre transversale de Rui Patricio…



84e minute : le boulet de canon de Sissoko. Moins en vue en deuxième période, l'ancien Toulousain a pourtant été tout près de faire basculer la rencontre. Son tir du droit est puissant, placé, mais le gardien portugais est une fois de plus à la parade et sort le cuir d'une belle horizontale.



90e+2 : le poteau de Gignac.Sans aucun doute la meilleure occasion française, la plus cruelle aussi, du fait surtout de son timing. On joue en effet le temps supplémentaire de la deuxième période quand André-Pierre Gignac, entré en cours de jeu pour remplacer un Olivier Giroud émoussé, réussit à se défaire de Pepe d'un magnifique crochet dans la surface de réparation. L'attaquant des Tigres enchaîne avec une frappe, légèrement écrasée. Rui Patricio est battu mais pas son poteau droit qui repousse le cuir avec une belle dose de sadisme…