Tour de France : Péraud, la prime à l'expérience ?

  • A
  • A
Tour de France : Péraud, la prime à l'expérience ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

VÉTÉRAN - Le coureur français, âgé de 37 ans, est désormais bien placé pour le podium à Paris.

La vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain. Et cet axiome s'applique encore plus au Tour de France. Alors qu'il avait souffert, mercredi, dans la montée du port de Balès, Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) a été le seul, jeudi, à tenir tête au maillot jaune Vincenzo Nibali (Astana) dans la montée finale vers le Pla d'Adet.

>> LIRE AUSSI : Majka bisse, Péraud grignote

A l'arrivée, cette résistance lui a permis de revenir à 8 secondes de Thibaut Pinot (FDJ.fr, 3e) et à 42 secondes d'Alejandro Valverde (Movistar, 2e) au classement général. "Je suis très content de mon niveau. Accrocher Nibali en troisième semaine ! J'ai eu la chance de l'avoir pour point d'appui, il a travaillé avec moi et je l'en remercie", a souligné Péraud à l'arrivée, jeudi. "J'espère que demain (jeudi), je n'aurais pas le retour de manivelle. C'est dur pour tout le monde, ça se joue dans la tête et en général, j'essaie de me faire violence."

Jean-Christophe Péraud (930x620)

Tenir à Hautacam. Désormais, Péraud ne se cache plus : il vise un podium sur les Champs-Elysées. Il lui faudra pour cela bien passer l'étape de jeudi, entre Pau et Hautacam, qui empruntera deux montées difficiles, le Tourmalet et l'ascension finale, rendue célèbre par la performance hors norme du Danois Bjarne Riis en 1996. "Il faudra être très appliqué, très concentré pour ne pas avoir cette "journée sans" que d'autres ont connue", estime le directeur sportif d'AG2R Julien Jurdie, qui ajoute : "quand il (Péraud) est en forme, avec ses qualités physiques et son expérience, Jean-Christophe n'a pas souvent de "jours sans"."

S'il venait à passer la journée de jeudi avec les meilleurs - ou le meilleur -, Péraud serait alors en position idéale avant le contre-la-montre de samedi, entre Bergerac et Périgueux, un tracé roulant long de 54 kilomètres correspondant à ses (autres) qualités. C'est sur un contre-la-montre qu'il avait remporté son premier grand titre sur route chez les pros, le titre de champion de France, en 2009, devant le double tenant du titre, Sylvain Chavanel (à gauche), et David Le Lay (à droite).

Péraud champion de France du chrono (930x620)

Péraud médaillé olympique (930x620)

Médaillé olympique en VTT. A cette époque, Péraud a déjà 32 ans mais il est encore amateur. Contrairement aux coureurs de la nouvelle génération, les Pinot ou Bardet, Péraud a eu un parcours atypique. Il a d'abord concilié sa passion du cyclisme avec des hautes études. En 2004, il décroche son diplôme d'ingénieur en génie électrique et environnement. Dans la foulée, il se lance dans une carrière de haut niveau dans le VTT. En 2008, année où il est également champion de France sur route amateurs, sa médaille d'argent olympique derrière son compatriote Julien Absalon passe (du coup) relativement inaperçue. Il passe professionnel sur route en 2010 dans l'équipe belge Omega Pharma-Lotto. Et, dès sa première saison, il montre des prédispositions pour les épreuves à étapes, avec notamment une 8e place sur Paris-Nice.

En 2011, il participe pour la première fois au Tour de France et intègre le Top 10 (9e). L'année suivante, il passe tout près d'une victoire d'étape. A un âge où beaucoup prennent leur retraite, lui continue de progresser. Frais dans la tête et dans les jambes. Mais en 2013, quand il remporte son premier succès chez les pros, au sommet du Mont Faron sur le Tour méditerranéen, il est victime de deux chutes lors du deuxième contre-la-montre du Tour, une lors de la reconnaissance et une en course, et doit abandonner. Il était alors bien placé pour signer un nouveau Top 10. Le podium à Paris qui se dessine aujourd'hui pourrait être la consécration de sa carrière. Ou pas, puisqu'il vient de signer un nouveau contrat de deux ans avec AG2R La Mondiale...

>> VOIR AUSSI : Les facéties du meilleur grimpeur du Tour de France