Tour de France : les Français à suivre

  • A
  • A
Tour de France : les Français à suivre
Thibaut Pinot jouera la gagne lors du Tour 2016.@ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Ils peuvent espérer un podium, voire mieux pour certains. Voici les cinq Français à suivre pendant le Tour de France 2016, qui s’élance samedi.

A chaque départ du Tour de France, c’est la même chose. La France se prend à rêver qu’enfin l’un des siens succède à Bernard Hinault, dernier vainqueur tricolore de la Grande boucle, en 1985. Pour cette édition 2016, qui s’élance samedi du Mont-Saint-Michel, c’est Thibaut Pinot qui portera l’essentiel des espoirs hexagonaux des amoureux de la petite reine. Mais d’autres sont capables de faire briller les couleurs tricolores pendant les trois semaines de course et de faire trembler les Froome, Contador et autre Quintana. Top 5 des espoirs français.

1.Thibaut Pinot

En 2015, Thibaut Pinot avait vécu un début de Tour de France tellement cauchemardesque (chute, crevaison…) qu’il avait très vite abandonné ses rêves de victoire finale. Mais c’est non sans un certain panache qu’il avait remporté la 20e étape à l’Alpe d’Huez. Cette fois, le leader de la FDJ connaît les écueils à éviter pour jouer la gagne jusqu’à Paris, ou au moins rééditer sa formidable 3e place de 2014 : se trouver tout le temps aux avant-postes pour éviter les déboires, et faire parler ses cannes dès que la pente s’élève. Ça tombe bien, le Tour 2016 est taillé pour les amoureux de la montagne. L’autre bonne nouvelle, c’est que Thibaut Pinot a fait d’immenses progrès en contre-la-montre. Il en a déjà remporté trois cette saison, dont celui du championnat de France. De quoi espérer que le meilleur jeune de 2014 ne perde pas trop de temps lors des deux chronos, prévus lors des 13e et 18e étapes. Voire en gagne.

2. Romain Bardet

Voilà deux éditions que Romain Bardet squatte le Top 10 du Tour de France, avec une sixième place en 2016 et une neuvième place en 2015. Cette fois, le leader de l’AG2R veut faire encore mieux. Et il s’avance au départ de la Grande Boucle en pleine forme, comme en témoigne sa deuxième place au Critérium du Dauphiné Libéré, sorte de répétition générale du Tour. Excellent en montagne, il pourra en outre profiter de l’aide non négligeable de ses lieutenants Alexis Vuillermoz et Domenico Pozzovivo, deux très bons grimpeurs.

3. Pierre Rolland

C’est en toute discrétion que Pierre Rolland a préparé son coup. Transféré l’été dernier chez Cannondale, l’ancien d’Europcar est moins exposé cette année. Ça ne l’empêche pas d’être très ambitieux. Onzième en 2014, dixième en 2015, le vainqueur de l’Alpe d’Huez en 2011 sait que ce Tour de France est taillé pour ses qualités de grimpeur. Son équipe américaine ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Elle a construit son groupe autour de lui, avec la ferme intention de l’amener sur la plus haute marche du podium sur les Champs-Elysées. "Nous allons centrer l'équipe autour de Pierre Rolland. La fin de l'épreuve convient parfaitement à ses qualités de ‘diesel’", a expliqué le manager de Cannondale Jonathan Vaughters au moment de la présentation de l’équipe, lundi. "Il n'est peut-être pas le coureur le plus explosif mais sur les derniers jours du Tour de France, il va surprendre pas mal de monde."

4. Julian Alaphilippe

Julian Alaphilippe est d’abord réputé pour être un coureur de classique. Deux fois deuxième de la Flèche Walonne (2015 et 2016), une fois deuxième de Liège-Bastogne-Liège (2015), voilà qui vous pose un coureur. Mais le jeune Français, 24 ans seulement, veut aussi prouver qu’il est capable de briller sur les courses à étapes, et en particulier sur la plus prestigieuse d’entre elles. C’est au sein de l’armada de l’Etixx-Quick-Step qu’il participera pour la première fois au Tour de France cette année. Avec de solides ambitions, lui qui a terminé à une très belle 69e place du Critérium du Dauphiné Libéré, à 51 secondes seulement de Christopher Froome. Avec en prime le maillot blanc du meilleur jeune. Un objectif plus que raisonnable dans la Grande Boucle.

5. Warren Barguil

Le Tour 2015 était celui de l’apprentissage pour Warren Barguil. Et l’apprentissage avait parfois été douloureux, avec une chute lors de la dixième étape, qui lui valut une petite fracture au genou. Pourtant, le Breton était remonté en selle pour terminer à une brillante 14e place. Ce grimpeur-puncheur de 24 ans seulement est sans doute encore un peu tendre dans les cols les plus compliqués, mais sa volonté et son ambition, toutes deux sans limite, devraient lui permettre de voir encore plus haut.