Soupçons de dopage : le président de l'UCI défend Froome

  • A
  • A
Soupçons de dopage : le président de l'UCI défend Froome
Christopher Froome, vainqueur du Tour 2015, a reçu mercredi le soutien du président de l'UCI.@ Kenzo TRIBOUILLARD/AFP
Partagez sur :

DÉFENSE - Brian Cookson vante les mérites de la la lutte antidopage et protège le dernier vainqueur du Tour de France.

L'Union cycliste internationale (UCI) s'est montrée très discrète pendant le dernier Tour de France, alors que les soupçons de dopage, mécanique ou autre, ont accompagné la deuxième victoire du Britannique Christopher Froome. Trois jours après le triomphe du leader du Team Sky sur les Champs-Elysées, le président de l'UCI est sorti de sa boîte, mercredi, en marge de la session du Comité international olympique (CIO) qui doit désigner la ville-hôte des Jeux olympiques d'hiver 2022.

Le Britannique a défendu son compatriote, en s'appuyant d'abord sur les progrès de la lutte antidopage. "Je pense que nous avons vu certains coureurs du dernier Tour de France très fatigués et l'une des causes est, selon moi, l'efficacité accrue des contrôles antidopage", a-t-il insisté. "Certes, personne n'aime voir quelqu'un épuisé, mais je pense que c'est la démonstration que nous avons constamment resserré les mailles" du contrôle antidopage.

zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

"Je ne couvrirai aucune violation des règles antidopage." Le président de l'UCI (en photo) a souligné que le cyclisme devait être "fier" de représenter 56% des contrôles de l'Agence mondiale antidopage (AMA) parmi tous les sports dans lesquels des passeports biologiques ont été introduits. "Les gens doivent avoir cela à l'esprit quand ils lancent des allégations et des aspersions sur n'importe quel coureur, de quelque nationalité et de quelque équipe que ce soient", a souligné Brian Cookson, dont le fils travaille pour l'équipe de Froome, le Team Sky.

"Je peux vous donner une garantie personnelle que je ne couvrirai aucune violation des règles antidopage. Si nous pensons que quelqu'un, quelles que soient sa célébrité, son équipe ou sa nationalité, est coupable d'un tel acte répréhensible, alors nous le poursuivrons." Cookson fait ici aux allusion aux accusations de connivence entre Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires sur le Tour de France pour dopage, et l'un de ses prédécesseurs à la tête de l'instance internationale, le Néerlandais Hein Verbruggen.

"Des incidents regrettables sur le Tour." Par ailleurs, Cookson est revenu sur les actes d'incivilités dont a été victime Froome sur le parcours du Tour. "Il y a eu des incidents regrettables sur le Tour cette année, et cela me met très mal à l'aise", a-t-il regretté. "Je crois que Chris a été la cible d'agressions assez dégoûtantes de la part d'une petit nombre de personnes."  Le dernier maillot jaune du Tour a déclaré avoir reçu un verre d'urine en pleine figure de la part d'un spectateur qui l'a traité de "dopé", lors de la 14e étape. Un autre spectateur lui a craché au visage, tandis qu'un troisième a failli le faire tomber en lui faisant plusieurs bras d'honneur.