Armstrong de retour sur un vélo

  • A
  • A
Armstrong de retour sur un vélo
@ REUTERS
Partagez sur :

CYCLISME - L'ancien septuple vainqueur du Tour va participer à une course dans l'Iowa.

Lance Armstrong face à Oprah Winfrey, 930

© OWN

En parallèle du Tour de France, dont il a été le héros (aujourd'hui) déchu pendant sept ans, Lance Armstrong a sa propre actualité. Le jour du Grand départ, le Texan avait fait une sortie remarquée dans le quotidien Le Monde, dans lequel il avait tancé Laurent Jalabert. Mardi, il a annoncé dans un quotidien local américain, The Register, son intention de participer au mois de juillet (du 21 au 27) à la grande course annuelle de l'Iowa, la RAGBRAI, la Register's annual great bicycle ride across Iowa.

"Pour être honnête, ce n'est pas une déclaration, c'est une expérience", explique l'ancien leader de l'US Postal dans des propos repris sur le site eonline. "C'est juste moi qui veux aller rouler avec des potes qui ont les mêmes centres d'intérêts." Pas une déclaration, peut-être, mais cette épreuve marquera tout de même le retour public du champion, six mois après ses aveux de dopage télévisés au micro d'Oprah Winfrey (photo).

"S'ils veulent me faire un doigt d'honneur, ça me va aussi"

En avril dernier, Armstrong s'était inscrit à une compétition seniors de natation, à Austin, au Texas. Il avait finalement dû y renoncer, sous la pression de la Fédération internationale de natation. Cette fois, le RAGBRAI n'étant pas considéré comme une compétition, "LA" ne devrait connaître aucune difficulté pour s'inscrire. Le septuple vainqueur déchu du Tour s'attend à des réactions contrastées de la part des spectateurs. "J'ai bien conscience que ma présence ne coule pas de source. J'encourage donc les gens à me taper dans la main s'ils le souhaitent. Et s'ils veulent me faire un doigt d'honneur, ça me va aussi", a insisté Armstrong. "Je suis un grand garçon. J'ai fait mon lit et je dois y dormir dedans." Après ses aveux télévisés de dopage, Armstrong risque jusqu'à 135 millions de dollars, soit 105 millions d'euros, de condamnations financières.