Patrice Evra : "Respecter le maillot, c'est notre mot d'ordre"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Juste avant d'affronter la Roumanie lors de ce match d'ouverture de l'Euro 2016, Patrice Evra, l'un des piliers de l'équipe de France, se livre à Europe 1.

INTERVIEW

A quelques heures du coup d'envoi de l'Euro, Patrice Evra l'assure : il n'a pas la boule au ventre. "C’est plus une fierté d’être là, de réaliser la chance qu’on a d’être sur le terrain. Combien d’enfants rêveraient d’être à notre place ?", souligne le défenseur de l'Equipe de France dans la Matinale d'Europe 1 vendredi.

Se délester de la pression. Patrice Evra, combatif, martèle son objectif : "Que les Français soient fiers de nous". "Je ne vais pas vendre du rêve aux Français et leur dire qu’on va le gagner, mais dans tous les cas, on va tout donner pour le faire. Ils le méritent. On a redoré le blason de l’équipe de France. Maintenant, il serait temps qu’on redevienne une nation qui gagne". Si l'enjeu est de taille, le pilier des Bleus veut à tout prix se délester de la pression. "La pression, c’est comme jouer avec un gilet de 30 kilo. Tu ne peux pas avancer, tu ne peux pas courir, ça te conditionne. Il faut enlever ce gilet, être libéré et respecter ce maillot, c’est le mot d’ordre. Mettre le bleu de chauffe à chaque match". 

"Je n'ai peur que d'une équipe, c'est l'équipe de France"

"J'ai confiance". Pour le vice-capitaine des Bleus, la grande force de l'équipe, "c'est son état d'esprit". Unie, soudée, confiante. A tel point que la majorité des observateurs la placent en favorite. Patrice Evra, lui, ne veut pas s'emballer. "J’ai du respect pour toutes les équipes, les Roumains, les Allemands… Je n’ai peur que d’une équipe, c’est l’équipe de France. Mais j’ai confiance en mes coéquipiers. Je sais que si on fait ce qu’on a l’habitude de faire, on peut faire quelque chose de grand".

"Je suis prêt pour mon pays". Ce vendredi soir, face à la Roumanie au Stade de France, les Bleus vont assurément vivre un grand moment d'émotion, une communion avec les supporters. Et ce, dès les premières notes de l'hymne national. "Franchement, quand tu entends tout le stade chanter la Marseillaise, c’est un moment inexplicable. Peut-être que ça ne fait rien à certaines personnes, mais moi je suis vraiment prêt pour mon pays. Je suis fier de la chanter", assure le défenseur.

S'il se refuse à jouer au jeu des paris pour ce soir, Patrick Evra glisse tout de même : "Mon seul pronostic, c'est que les Français seront fiers de cette équipe de France".