NFL : le raté pour l'histoire de Stephen Gostkowski, des New England Patriots

  • A
  • A
NFL : le raté pour l'histoire de Stephen Gostkowski, des New England Patriots
Image historique : Stephen Gostkowski manque une conversion à un point, dimanche, à Denver.@ Ezra SHAW/Getty North Images America/AFP
Partagez sur :

CE N'EST PAS LE PIED - Le kicker des Patriots a manqué une transformation qui aurait sans doute permis à son équipe d'aller en prolongation, à Denver.

Il reste douze secondes à jouer, dimanche, lors de la finale de conférence AFC entre les Denver Broncos et les New England Patriots. La passe de Tom Brady pour Julian Edelman, déviée par Kayvon Webster, atterrit dans les mains du cornerback des Broncos, Bradley Roby. La tentative de conversion à deux points du touchdown de Rob Gronkowski pour les Patriots vient d'échouer. L'onside kick frappé sur la remise en jeu suivante ne donnera rien. Les New England Patriots, vainqueurs sortants du Super Bowl, ne seront pas présents à Santa Clara, en Calfornie, le 7 février prochain, pour défendre leur titre. Mais cette défaite des Patriots à Denver lors de la finale de la conférence AFC, la deuxième en trois saisons, s'est en fait dessinée bien plus tôt dans la partie.

Car si les Patriots ont été obligés de tenter la conversion à deux points - et non à un point, au pied et bien plus simple à réaliser -, c'est qu'ils avaient laissé un PAT ("point after touchdown") en route. Menés 7-0 par les Broncos en fin de premier quart-temps, les champions en titre avaient eu l'occasion d'égaliser après un touchdown à la course de Steven Jackson. Mais là, l'impensable s'était produit : le kicker des Pats, Stephen Gostkowski, a raté la conversion au pied.

Gostkowski manque son "extra point" :


523 réussites consécutives. Pour bien comprendre ce qui s'est passé, voici une série de statistiques. Gostkowski n'avait plus manqué une seule conversion à un point depuis sa première année en NFL, en 2006, son seul raté à ce jour (et encore, son tir avait été contré). Il restait depuis sur 523 réussites (record NFL) dans cet exercice, qui s'apparente à la transformation au rugby, sauf qu'elle se fait systématiquement entre les poteaux. Cette saison, afin de compliquer la tâche des kickers, la NFL avait reculé la ligne de conversion de 13 yards, la faisant passer de 20 à 33 (30 mètres environ). Cela n'avait pas perturber outre-mesure Gostkowski et les "Pats".

Car si le taux de conversion a chuté en NFL, passant de 99,3% de réussite l'année dernière à 94,2% cette saison, les Patriots sont l'une des cinq équipes de la Ligue à avoir converti toutes ses tentatives en saison régulière. En carrière, Gostkowski avait également réussi les 60 "extra points" qu'il avait tentés en play-offs. Et ces trois autres coups de pied de dimanche, un "extra point" et deux field goals (46 et 33 yards), Gostkowski les a réussis...



"La réalité est ce qu'elle est et elle est cruelle", a convenu Gostkowski, très affecté, dans les vestiaires. "Je me sens mal avec ça. C'est ma faute, à 100% de ma faute. Je n'ai pas frappé un un bon coup de pied." Le kicker des "Pats" a expliqué avoir quitté la balle des yeux trop tôt et avoir frappé avec une mauvaise surface de contact. Le ballon est passé à droite du poteau, à la grande surprise (et à la grande joie) des supporters des Broncos présents au Mile High Stadium de Denver.

Erreurs et choix tactiques discutables. "Stephen a fait beaucoup de choses pour cette équipe. J'adore jouer avec lui et il ne doit absolument pas prendre la faute sur lui", a insisté Gronkowski, l'homme qui a laissé les Patriots dans la course en fin de match, dimanche. "C'est un jeu d'équipe. Ce n'est pas la faute de quelqu'un en particulier. Vous ne pouvez pas rejeter la faute sur Stephen. En aucun cas."

Et pour cause, Gostkowski n'est pas le seul à avoir commis des erreurs, dimanche. La star Tom Brady, guère aidée par sa ligne offensive, a été interceptée à deux reprises et le coach des Patriots, Bill Belichick, a fait le choix discutable, à deux reprises, de jouer une quatrième tentative au lieu de tenter un field goal qui aurait permis aux Patriots de réduire l'écart en quatrième quart-temps (à un peu plus de 6 minutes de la fin puis une nouvelle fois à 2'30"). Ce ou ces fields goals auraient peut-être permis à Gostkowski d'offrir la victoire à son équipe, in fine. Son raté serait alors resté anecdotique. La défaite des Patriots lui a donné une dimension historique.