Tour : Sagan, cousu de fil vert

  • A
  • A
Tour : Sagan, cousu de fil vert
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le Slovaque s'est imposé vendredi à l'issue d'une étape maîtrisée par les Cannondale.

Les grosses cuisses* : Trois fois deuxième et une fois troisième depuis le début du Tour, Peter Sagan a enfin trouvé la lumière, vendredi, en s'imposant au sprint, et sans discussion, au terme de la 7e étape qui reliait Montpellier à Albi sur 205,5 kilomètres. Le parcours, casse-pattes sans être très difficile, était fait pour lui. Encore devancé dans les derniers hectomètres par l'Allemand John Degenkolb (Argos-Shimano), le Slovaque est parvenu à le déposer sur sa droite pour s'imposer relativement tranquillement. Les autres grosses cuisses du peloton, Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) ou André Greipel (Lotto-Belissol) avaient sauté depuis longtemps..

Sagan s'impose au sprint :



Sagan à l'arrivée de la 7e étape (930x620)

© MAXPPP

Ceux qui se sont mis le ventre à l'air : Si Sagan a pu aussi facilement mené sa barque dans la dernière ligne droite, c'est que ses coéquipiers de Cannondale avaient fait l'essentiel plus tôt dans la journée. Ils ont en effet roulé en tête de peloton pour lâcher Cavendish dans la principale difficulté de la journée, la Croix de Mounis. Ils se sont ensuite livrés à une belle partie de manivelle avec les Omega Pharma-Quick Step, qui ont mené la chasse derrière. Sans succès, puisque le "groupe Cavendish" est arrivé avec un quart d'heure de retard. Outre la victoire, les hommes de Sagan ont également marqué des points importants dans la perspective du maillot vert, à l'arrivée mais aussi au sprint intermédiaire de Viane Pierre-Ségade, survolé par leur leader.

Ceux qui ont pédalé dans l'huile : Deuxième porteur du Maillot Jaune, le Belge Jan Bakelants a décidément des fourmis dans les jambes. Le coureur de Radioshack-Leopard s'est en effet fait la belle à 68 kilomètres de l'arrivée en compagnie du Français Cyril Gautier (Europcar) et de l'Espagnol Juanjo Oroz (Euskaltel). Les trois coureurs, qui ont bien roulé, n'ont été repris par le peloton qu'à trois kilomètres de l'arrivée seulement.

Celui qui a secoué le peloton : Attaquant lors de la deuxième étape vers Ajaccio, le coureur d'AG2R-La Mondiale Blel Kadri a remis ça, vendredi, en partant de très loin en compagnie de l'infatigable Jens Voigt (Radioshack-Leopard). Les deux fuyards ont finalement été repris une centaine de kilomètres plus loin. Kadri va pouvoir se consoler avec l'obtention du maillot à pois, qu'il portera samedi lors de l'étape menant le peloton vers Ax-3 Domaines et qui passera notamment par le redoutable col de Pailhères. Un autre Tour va commencer.

 

Le dico du parler sport (930x620)

© Ed.Fetjaine

*La plupart de ces expressions, entendues dans le milieu cycliste, sont attestées par le Dico du parler sport, 2011, éditions Fetjaine.