Tour : des cadors à terre

  • A
  • A
Tour : des cadors à terre
@ REUTERS
Partagez sur :

CYCLISME - La 1re étape a été marquée par une chute spectaculaire à environ 5 km de l'arrivée.

La fin d'une première étape du Tour de France est traditionnellement très nerveuse. Mais si l'on ajoute à cela une confusion totale autour de l'emplacement même de la ligne d'arrivée (à cause d'un bus, bloqué), cela la rend totalement chaotique. Une chute spectaculaire est ainsi survenue à environ cinq kilomètres de l'arrivée, samedi, vers Bastia, alors que le peloton venait à peine d'apprendre, via les oreillettes, que cette arrivée, initialement déplacée aux 3 kilomètres, aurait finalement lieu à l'endroit d'origine... Un coureur, peut-être le Belge Gert Steegmans (Omega-Pharma), est allé au sol, précipitant la chute d'une quinzaine de coureurs et retardant une grosse moitié du peloton. Un homme a particulièrement souffert de cette chute : l'Allemand Tony Martin (Omega-Pharma).

La fin d'étape est totalement chaotique :

Evacué dans une ambulance, le double champion du monde du contre-la-montre souffrirait d'une fracture de l'épaule. Il s'agit d'un coup très dur pour l'équipe belge, notamment dans la perspective du contre-la-montre par équipes, mercredi. Le Slovaque Peter Sagan (Cannondale) est lui aussi allé au sol, mais sans gravité, tandis que le grand favori de cette 1re étape, le Britannique Mark Cavendish, a lui été retardé et n'a pas pu disputer ses chances lors d'un sprint en comité réduit, remporté par l'Allemand Marcel Kittel (Argos-Shimano).

Les atermoiements de la direction de course ont mis hors de lui Marc Madiot. Le manager de la FDJ.fr estime que l'on a fait prendre des risques inutiles aux coureurs, qui ont commencé à "frotter" bien avant la ligne d'arrivée, alors "occupée" ! "On ne change pas deux fois l'arrivée en cours de route", s'est-il énervé. "Les coureurs ont pris des risques pour remonter, il y a eu des gamelles."

Contador à terre

Contador sur le Tour (930x620)

© MAXPPP

Et la "gamelle" survenue sur la gauche de la chaussée a également projeté au sol Alberto Contador, l'un des favoris. Le double vainqueur de la Grande Boucle est arrivé plusieurs minutes après Kittel, le maillot déchiré. S'il n'a pas perdu de temps (la direction de course a décidé de classer tous les coureurs dans le même temps, ndlr), Contador s'est fait une belle frayeur en chutant sur l'épaule gauche. "Je vais bien, il faudra voir maintenant comment je vais me sentir demain (dimanche)", a-t-il expliqué. "Dans le Tour, on ne sait jamais comment ça va se passer. Il y a un coureur qui n'a pas freiné devant moi et je me suis retrouvé à terre." Même si le Madrilène ne semblait pas trop marqué par cette chute, ce n'est jamais idéal de commencer une course de trois semaines en tâtant du bitume...