Tamgho suspendu six mois ferme

  • A
  • A
Tamgho suspendu six mois ferme
@ tamgho
Partagez sur :

ATHLE - Accusé de violences, Teddy Tamgho a été suspendu douze mois, dont six ferme.

Le champion du monde en salle du triple saut Teddy Tamgho a été suspendu douze mois, dont six avec sursis, mardi, par la commission de discipline de la Fédération française (FFA). Le 16 octobre dernier, l'athlète tricolore a été impliqué dans une bagarre au Creps de Boulouris, dans le Var. Tamgho s'en était pris violemment à une jeune athlète de 19 ans, à laquelle il reprochait d'alimenter des rumeurs sur Facebook sur leur prétendu couple.

Cette suspension de six mois ne prive donc pas l'athlète des Jeux olympiques de Londres, en août prochain, où il constitue une très belle chance de médaille. Suspendu à titre provisoire depuis le 18 novembre, il pourra faire son retour à la compétition le 18 mai prochain. Le triple sauteur tricolore, actuellement en phase de reprise après une blessure à une cheville, n'avait de toute façon pas prévu de reperendre la compétition avant les interclubs dont les finales sont prévues le 20 mai... Outre sa suspension, Tamgho a écopé d'une amende de 1.500 euros et de 50 heures de travaux d'intérêt général.

"Teddy s'est jeté sur moi"

La FFA a visiblement été convaincue par le récit de la jeune femme, elle-même athlète. Si elle n'a pas souhaité révéler son identité, sa mère livre des extraits de sa déposition à la FFA dans les colonnes du quotidien régional Var Matin. Et les mots sont durs. "Teddy s'est jeté sur moi et m'a saisie brutalement d'une main, par le cou, il a resserré très fort sa main autour de mon cou (...). J'ai commencé à sentir des vertiges me prendre. Il m'a alors balayé les deux jambes et je me suis lourdement et violemment étalée sur le sol (...). Lorsque j'ai repris mes esprits, Teddy me tirait par les cheveux. Il m'a traînée sur environ 4-5 mètres." La jeune athlète, qui suivait à Boulouris une formation d'entraîneur, n'est pas la seule à avoir porté plainte. Deux autres personnes, des amis de la victime, ont été prises dans cette "échauffourée".

"Sabine (amie de la jeune fille) s'est interposée", raconte encore la jeune femme. "Teddy lui a mis un coup de poing dans la mâchoire (...). Je me suis dirigé vers le parking... J'ai été choqué en voyant Marc (un autre ami qui a essayé de s'interposer, ndlr) qui était en sang." Tamgho aurait été finalement immobilisé par deux autres athlètes qui arrivaient sur les lieux. En 2008, le triple sauteur avait déjà été interdit d'Insep, à Paris, pendant un an, après un incident similaire.

Les mots de Tamgho devant la commission de discipline de la FFA n'ont pas encore filtré. Mais son agent, Ludovic Olliere, livre dans Var Matin la teneur de sa défense, à savoir que les faits ont été exagérés par les plaignants. "Il y a eu un problème, Teddy l'assume. Mais c'était plus un accrochage qu'une bagarre de saloon, il ne faut pas exagérer", explique-t-il. "Teddy était en rééducation de la cheville. Il n'allait pas s'amuser à se bagarrer alors que le sport est tout pour lui."

Le précédent Mekhissi-Baala

Une chance de médaille prise dans une bagarre, cela rappelle inévitablement l'épisode de juillet dernier, lorsque Mahiédine Mekhissi et Mehdi Baala en étaient venus aux mains lors du meeting de Monaco. Les deux athlètes avaient été privés de meetings pendant cinq mois mais ils avaient pu participer aux championnats du monde de Daegu, où Mekhissi avait décroché le bronze sur 3.000 m steeple. Tamgho peut, lui aussi, espérer suivre le même chemin de la médaille. Mais la décision de la FFA, qui lui reconnaît clairement une responsabilité dans les violences commises, ne le met clairement pas dans les meilleures dispositions.