Sport : pourquoi 2015 va être bien quand même

  • A
  • A
Sport : pourquoi 2015 va être bien quand même
@ Lionel BONAVENTURE/AFP
Partagez sur :

PROJECTION - L'année sportive 2015 sera notamment marquée en fin d'année par la Coupe du monde de rugby.

Qui dit année impaire, dit ni Jeux olympiques, ni Coupe du monde de football, ni Euro. Mais que les amateurs de sport se rassurent, l'année 2015 qui approche ne sera pas avare en grands rendez-vous. Europe 1 a listé (en toute subjectivité) les dix événements les plus excitants des douze prochains mois.


LIGUE 1, du 9 janvier au 23 mai. Il n'était pas forcément attendu que la Ligue 1 figure parmi les événements les plus attendus de l'année. Double champion de France en titre, le PSG était censé dominer une nouvelle fois les débats. Mais, à mi-parcours, le club de la capitale, guère brillant, ne pointe qu'à la troisième position derrière l'OM et l'OL. Le club phocéen, boosté par la discipline tactique de son nouvel entraîneur, Marcelo Bielsa, et le club rhodanien, porté par ses jeunes talents (Lacazette et Fekir notamment), mènent la vie dure aux Parisiens, aux errements coupables. Et si l'on prend en compte Saint-Étienne, capable du meilleur, on a même quatre clubs en cinq points seulement, ce qui va considérablement pimenter la course au titre. Et ce, d'autant plus que le PSG, qui reste malgré tout le favori logique, va devoir se déplacer chez ses trois concurrents directs ainsi qu'à Monaco, Bordeaux et Nantes. Chaud !


CHAMPIONNAT DU MONDE DE HANDBALL, du 15 janvier au 1er février. Champions olympiques en 2012, d'Europe en 2014, les "Experts" vont-ils ajouter un nouveau titre mondial (ce serait le 5e du handball français) à leur copieux palmarès ? Ils figurent en tous cas parmi les favoris de la compétition qui aura lieu au Qatar, avec les éternels Danemark, Croatie ou Espagne parmi les autres prétendants.




OPEN D'AUSTRALIE, du 19 janvier au 1er février. Roger Federer n'a plus gagné de tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon en 2012. Mais, si l'année 2013 avait laissé penser que ce 17e titre serait le dernier, les douze derniers mois ont vu sa cote grimper à nouveau. Certes, il n'a pas gagné de Majeur en 2014, mais il a de nouveau ferraillé dans les hautes sphères, avec notamment une finale à Wimbledon et deux demi-finales, en Australie et à l'US Open. Et, surtout, "Fed" a conclu son année en remportant pour la première fois de sa carrière la Coupe Davis avec la Suisse. De quoi gonfler sa confiance à l'approche du premier Grand Chelem de l'année, l'Open d'Australie, qu'il a déjà remporté à quatre reprises et dont le tenant du titre est son compatriote Stanislas Wawrinka.

>> LIRE AUSSI : 2014 : nos plus grands souvenirs de sport


LIGUE DES CHAMPIONS, PSG-Chelsea, 17 février et 11 mars. Battu par le Barça lors de la "finale" pour la première place de son groupe, le PSG a hérité en huitièmes de finale du Chelsea de José Mourinho, celui-là même qui l'avait éliminé en quarts de finale la saison dernière. Enfin, "celui-là même", pas tout à fait puisque les Blues ont depuis enregistré les arrivées de Diego Costa, Didier Drogba ou encore Cesc Fabregas. C'est dire la mission qui attend ce PSG qui, lui, pourra compter sur l'expérience du Brésilien David Luiz, qui était de l'autre côté la saison dernière. Pour le PSG comme pour lui, ces retrouvailles avec Chelsea auront un air de revanche. Pour Laurent Blanc, elles auront valeur de test. Pas sûr du tout que le technicien cévenol soit reconduit dans ses fonctions si jamais le PSG venait à échouer le 11 mars prochain...


CHAMPIONNAT DU MONDE DE F1, GP d'Australie, 15 mars. Si la lutte pour le titre devrait à nouveau concerner cette saison Lewis Hamilton et Nico Rosberg, les deux équipiers Mercedes, on suivra avec intérêt le retour sur les pistes de l'association McLaren et Honda, qui avait fait les grandes heures de la F1 dans les années 1980-90, avec notamment Ayrton Senna au volant. Habitué à gérer les paires de pilotes explosives, le patron de McLaren, Ron Dennis, va aligner deux champions du monde, Jenson Button (2e à g.) et Fernando Alonso (2e à dr.), pour contrarier (à terme) les plans de Mercedes. Le baquet d'Alonso chez Ferrari sera désormais occupé par Sebastian Vettel, transfuge de Red Bull. Après l'accident de Jules Bianchi et le départ de Jean-Eric Vergne de chez Toro Rosso (il sera pilote d'essai pour Ferrari, ndlr), un seul homme défendra les couleurs de la France sur les circuits la saison prochaine, Romain Grosjean, toujours chez Lotus, mais dont les monoplaces seront désormais équipées du moteur Mercedes. De quoi espérer mieux que les maigres 8 points inscrits l'an dernier.


ROLAND-GARROS, du 25 mai au 7 juin. A-t-on seulement imaginé un jour écrire qu'un joueur pourrait être en lice pour remporter un tournoi du Grand Chelem pour la 10e fois ? Et qui plus est le plus exigeant d'entre eux ? C'est pourtant le défi qui se présente devant Rafael Nadal, vainqueur à Paris entre 2005 et 2008 puis cinq fois de suite depuis 2010. Tout cela reste pour le moment au conditionnel car le Majorquin n'a pas été épargné par les blessures cette saison. Mais, depuis sa première victoire en 2005, il a toujours été au grand rendez-vous de l'ocre, avec un seul match perdu, en 2009, en huitièmes de finale, face à Robin Söderling. Le plus grand rival de Nadal devrait être une nouvelle fois Novak Djokovic, finaliste malheureux en 2012 et 2014. Le Serbe, lui, serait très heureux d'écrire son nom au palmarès de Roland-Garros pour la première fois : c'est le seul Majeur qui manque encore à son épais palmarès.


TOUR DE FRANCE, du 4 au 26 juillet. Des pavés, du vent, le Plateau de Beille, Pra-Loup, l'Alpe-d'Huez... Le parcours du Tour 2015 offre un terrain de jeu idéal pour les meilleurs. Ça tombe bien : ils devraient tous être là. Débarrassé de la menace pesant sur son équipe, Astana, désormais assurée de rester dans le World Tour, l'Italien Vincenzo Nibali pourra défendre son titre face à Alberto Contador (Tinkoff-Saxo), Christopher Froome (Team Sky) et Nairo Quintana (Movistar). On attendra également la confirmation du cyclisme français, qui avait placé deux de ses représentants sur le podium de l'édition 2014 (Peraud et Pinot).


CHAMPIONNATS DU MONDE D'ATHLÉTISME, du 22 au 30 août. Brillants l'été dernier lors des championnats d'Europe avec une deuxième place au classement des médailles (23 breloques), les athlètes tricolores seront très attendus à Pékin pour les Mondiaux. Il faudra confirmer la bonne santé de l'athlétisme français dans le "Nid d'Oiseau", théâtre des JO de 2008, face au gratin américain et caribéen. Athlète de l'année et nouveau recordman du monde, le perchiste Renaud Lavillenie (photo) sera très attendu, tout comme Mahiédine Mekhissi-Benabbad (3.000 m steeple) ou Teddy Tamgho (triple saut), dont la suspension pour violation du règlement antidopage prendra fin en mars prochain.

>> VOIR AUSSI : 2014 : l'année sportive en images




CHAMPIONNAT D'EUROPE DE BASKET, du 4 au 20 septembre. Un an après avoir conquis le bronze mondial, les Bleus partent à la défense de leur titre européen conquis en 2013, avec une phase finale sur leurs terres, dans le stade Pierre-Mauroy, à Villeneuve-d'Ascq. Absent l'été dernier, Tony Parker devrait être de retour à la baguette, d'autant que la compétition offre un ticket pour les Jeux olympiques de Rio, en 2016. Le premier tour est très abordable, mais après, ça pourrait se compliquer dès les huitièmes de finale... 


COUPE DU MONDE DE RUGBY, du 18 septembre au 31 octobre. Vainqueur sur le fil de l'Angleterre, dominé au pays de Galles, écrasé en Australie, bourreau de ces mêmes Wallabies au Stade de France quelques mois plus tard, c'est peu dire que l'année 2014 du XV de France a été contrastée. Et, à neuf mois du Mondial, Philippe Saint-André et son staff n'ont aucune certitude. Mais c'est là une spécialité française. On ne peut pas dire que Marc Lièvremont ait abordé la Coupe du monde 2011 dans la sérénité. Et on sait comment cela s'est terminé, par une finale homérique face aux All Blacks et une défaite d'un point (8-7) avec un arbitrage contestable.

Mais aussi : la quête d'exploits des skieurs tricolores lors des championnats du monde de Beaver Creek, la course au titre en NBA, plus ouverte que jamais (Chicago, San Antonio, Cleveland, Golden State...), la chasse aux médailles de Martin Fourcade lors des Mondiaux de biathlon, la défense par le RC Toulon de ses deux titres conquis en 2014 (Top 14 et Champions Cup), la Coupe du Monde de foot féminin au Canada (6 juin au 5 juillet), la CAN, les championnats du monde de natation avec Manaudou et Agnel en figures de proue et bien d'autres choses encore...

>> LIRE AUSSI : 2014 : les coulisses des grands exploits sportifs