Manaudou dans le club des re-retraités

  • A
  • A
Manaudou dans le club des re-retraités
@ REUTERS
Partagez sur :

NATATION - La nageuse française va annoncer mercredi la fin de sa deuxième carrière.

Le 18 septembre 2009, Laure Manaudou annonçait prendre sa retraite de sportive un an après être passée totalement à côté de ses Jeux de Pékin. Trois ans et demi plus tard, la championne olympique de Sydney va remettre ça en annonçant une deuxième fois sa retraite, mercredi soir, dans le Grand Journal de Canal+. Le retour de la Française dans les bassins aura été mi-figue mi-raisin avec plusieurs titres nationaux et une qualification olympique mais également des JO de Londres catastrophiques. "Today is the day", a-t-elle annoncé mercredi matin sur son compte Twitter. Again, serait-on tenté d'ajouter. En annonçant une deuxième fois sa retraite, la native d'Ambérieu rejoint le cercle des multi-retraités qui comptent quelques grands noms.

1. Lance Armstrong, retraité en 2005, re-retraité en 2011. Après avoir remporté un septième Tour de France consécutif, le coureur texan laisse ce message en guise d'adieu sur les Champs-Elysées, en 2005 : "je voudrais dire aux cyniques et aux sceptiques que je suis désolé pour eux. Je suis désolé que vous ne croyiez pas aux miracles, je suis désolé que vous ne croyiez pas au cyclisme." Quatre ans plus tard, tout le monde a du mal à y croire, mais Armstrong annonce son retour. Il retrouve même le podium du Tour, à près de 38 ans, et "sans être dopé", a-t-il depuis expliqué. L'année suivante, "LA" termine son dernier Tour 23e, presque dans l'anonymat. Suspendu à vie après les révélations de l'agence antidopage américaine, Armstrong, qui a arrêté le vélo depuis 2010, espère encore effectuer un dernier retour, dans le triathlon, discipline qu'il avait commencé à pratiquer après sa (première) retraite.

"Vive le Tour de France !", déclare Armstrong en 2005 :

Zinédine Zidane en Une de L'equipe (930x1340)

© L'Equipe

2. Zinédine Zidane, retraité des Bleus en 2004, re-retraité en 2006. Après un Euro 2004 écourté par le miracle défensif grec, Zinédine Zidane annonce sa retraite internationale le 4 août 2004. Stupeur ! Moins d'un an plus tard, le 3 août 2005, "ZZ" revient sauver la patrie mal engagée : une victoire en Irlande et un nul en Suisse et les Bleus sont en Allemagne. La deuxième carrière en Bleu de "Zizou" atteint presque son apogée lors de ce Mondial 2006, jusqu'à cette prolongation en finale et le coup de tête adressé dans le thorax de Marco Materazzi. Cette fois, Zidane s'arrête net, avec les Bleus mais aussi avec le Real.

3. Michael Schumacher, retraité en 2006, re-retraité en 2012. Un moteur récalcitrant au Japon et un excellent Kimi Räikkönen (McLaren-Mercedes) privent Michael Schumacher d'un huitième titre en 2006. Mais sa "dernière" course, au Brésil, marquée par une remontée fantastique après avoir crevé, entre directement dans la légende de la F1. Quatre ans après, et la quarantaine dépassée, "Schumi" tente le pari chez Mercedes. Perdu. En trois saisons avec la marque allemande, l'ancien "Baron rouge" ne signe qu'un seul podium et égratigne sa légende avec des résultats décevants mais aussi plusieurs manœuvres maladroites. Mais, six ans après, il parvient à réussir un bon dernier Grand Prix du Brésil, son 307e en F1, qu'il achève à la septième place.

Schumacher termine sa deuxième carrière :

4. Michael Jordan, retraité en 1993, re-retraité en 1999, re-re-retraité en 2003. Le plus grand joueur de basket de tous les temps a fait mieux que la meilleure nageuse française de tous les temps : il a en effet pris trois fois sa retraite. Alors triple champion NBA en titre, Jordan, très touché par l'assassinat de son père, annonce son retrait des parquets le 6 octobre 1993 et se lance dans le base-ball. Echec. Il annonce son retour aux affaires le 18 mars 1995 d'un laconique "I'm back". Succès. De 1996 à 1998, "ses" Bulls remportent à nouveau trois titres de champions NBA d'affilée. Le 13 janvier 1999, Jordan, repu, annonce une deuxième fois sa retraite. Mais, deux ans plus tard, il revient, encore, mais cette fois avec les Washington Wizards. A 38 ans, il présente des lignes statistiques honorables mais loin du temps de sa splendeur. Le 16 avril 2003, il dispute son tout dernier match. Homme de défi, des rumeurs veulent que "Sa majesté" se verrait bien disputer un match de NBA cette saison, pour son 50e anniversaire...

Jordan dispute son dernier match avec les Wizards :

Evander Holyfield (930x620)

© REUTERS

5. Evander Holyfield, retraité en 1992, re-retraité en 1994, re-re-retraité en 2004, re-re-re-retraité en 2012. S'il y a une discipline où les allers et retours sont fréquents, c'est bien la boxe. Et ce n'est pas Rocky Balboa qui dira le contraire. La carrière d'Evander Holyfield a été au moins aussi cahoteuse que son rival Mike Tyson, la prison en moins. Le "Warrior" prend une première fois sa retraite en 1992 après une défaite contre Riddick Bowe. Ça dure sept mois. En 1994, on lui diagnostique un problème cardiaque après un combat. Ça dure un an. Holyfield bat alors Tyson à deux reprises, avec éclat en 1996 et sans oreille en 1997. En 2004, il annonce sa retraite après trois défaites. Des problèmes financiers lui font remettre les gants. En 2010, et à 47 ans, Holyfield récupère une couronne mondiale, sa dernière. En octobre 2012 et à l'approche de la cinquantaine, Holyfield raccroche. Définitivement ? Peut-être pas. Rocky Balboa est bien remonté sur le ring à près de 60 ans.