Ils sautent en parachute depuis le pôle Nord

  • A
  • A
Ils sautent en parachute depuis le pôle Nord
@ Raphaël GUES
Partagez sur :

Deux parachutistes de l’armée française, dont un est mutilé de guerre, se sont lancés dans le vide depuis le pôle Nord, pour la bonne cause.

L’aventure de ces deux hommes force le respect. Deux parachutistes de l’armée française sont rentrés  lundi d’une expédition unique : un saut en chute libre et en tandem, à plus de 4.000 mètres au dessus du pôle Nord. Cet exploit, réalisé dans des conditions de froid extrêmes, a été accompli pour venir en aide aux blessés de guerre et à leurs familles. Un des parachutistes auteurs de ce saut est d’ailleurs lui-même un mutilé de guerre, amputé d’un tibia à cause d’une mine au Liban et qui porte une prothèse. Europe 1 a rencontré ces deux hommes à leur retour du pôle Nord.

Cet exploit veut mettre en lumière deux associations qui aident les mutilés de guerre.

© Document remis

Deux parachutistes accomplis. Mario Gervasi, un des rares spécialistes mondiaux des sauts extrêmes de 56 ans, et son acolyte Xavier Le Draoullec, un mutilé de guerre de 53 ans, sont des sportifs accomplis. Mario, lui, a effectué plus de 11.000 sauts tout au long de sa carrière. Xavier, de son côté, avait déjà exécuté 150 sauts et a été quatre fois médaillé paralympique. Avec leur expérience, ils connaissent parfaitement les gestes à accomplir pour réussir cette performance extrême. "Il faut avoir une position parfaite, parce que le moindre faux mouvement, un bras qui dépasse un peu trop, on part dans tous les sens, et ça peut être la catastrophe", explique Mario Gervasi.

Un saut par -110 degrés. L’incroyable odyssée polaire de ces deux parachutistes a commencé en Russie, à Mourmansk, le 29 mars dernier. Après trois heures de vol pour atteindre les 4.000 mètres au-dessus du pôle Nord, les deux hommes s’élancent pour un saut extrêmement périlleux. Quand la porte de l’avion s’ouvre, ils sont projetés à 320 km/h. A ce moment là, il fait -110 degrés. A cette température, la moindre partie du corps qui n'est pas protégée gèle. S'ils perdent un gant, ils perdent leurs doigts ; s'ils perdent leurs lunettes, ils perdent la vue.
Une image du saut, prise par un des parachutistes.

© Document remis

"C’était comme une fusée". Mais juste après s’être élancé, Xavier le Draoullec réalise qu’en glissant sur le sol gelé de l’avion, il a fragilisé sa prothèse. "Au lieu d’ouvrir mes bras comme je le fais d’habitude, j’ai tout fermé et  j’ai essayé avec mon pied valide de l’accrocher pour que ça tienne. Et là je peux vous garantir que j’avais la tête en bas, et c’était comme une fusée. On se sent glisser comme sur un grand toboggan, puis d’un seul coup on remonte à une vitesse vertigineuse avant de redescendre. On ne voyait rien du tout, c’était blanc sur blanc", nous raconte-t-il.

Éviter les fissures dans labanquise. Leur chute dans le vide dure 50 secondes, puis le parachute s’ouvre. Mario Gervasi a les commandes en main et doit absolument éviter les fissures provoquées dans la banquise par le réchauffement climatique, sous peine d’atterrir dans les eaux glacées du pôle Nord. "Même à 50 mètres d’une fracture de glace, l’épaisseur de glace est très mince, on peut passer à travers. Quand vous avez cette vue, et que vous voyez  toutes ces fractures, c’est violent. Xavier avait la mission de regarder les trous d’eau", détaille Mario. Finalement, les deux hommes réussissent leur incroyable pari : ils atterrissent sur le point zéro, pile sur le pôle Nord.

Durant une semaine, les deux hommes ont été bloqués sous une tente.

© Document remis

Bloqués pendant une semaine. Mario et Xavier rejoignent alors un petit campement, où les attendent des Russes avec qui ils doivent construire une piste d’atterrissage pour l’avion du retour. Mais là, une tempête se lève : impossible de venir les chercher dans ces conditions. Le petit groupe est bloqué pendant une semaine sous une tente, par -40 degrés. "On perd la notion du temps, on perd la notion de tout. On allait chercher de la neige, on la faisait fondre, ça faisait de l'eau, et ils faisaient de la soupe avec. A la fin, on a découpé les deux rations qu'on avait, on a fait des petites tranches de pain. C'était vraiment de l'extrême", raconte Xavier.

Direction l’Everest et le pôle Sud. Après une semaine d’attente, l’avion du retour vient enfin les chercher. Malgré ces conditions difficiles, la motivation de Mario et de Xavier est intacte. Les deux hommes ont d’ores et déjà prévu de sauter au-dessus de l’Everest, puis au-dessus du pôle Sud d’ici la fin de l’année.

Ndlr : Cet exploit, parrainé par l'armée française et Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a pour but de mettre en lumière deux associations : Terre fraternité, qui accompagne les blessés de guerre et leurs proches, et l'Association pour le développement des œuvres d'entraide dans l'armée (Ado). Un jeu concours a été initié par Charles Castellini, artiste peintre et sculpteur parisien engagé dans les causes humanitaires (www.lespolesdelespoir.com).