Hinault, le coup de gueule

  • A
  • A
Hinault, le coup de gueule
Hinault s'agace des accusations portées contre Jalabert juste avant le départ du Tour 2013.@ EUROPE 1
Partagez sur :

EXCLU - "On un peu l'impression qu'on veut tuer le Tour", s'est insurgé Hinault sur Europe 1.

Jalabert et Hinault sur le Tour 2011 (930x1240)

© REUTERS

A deux jours du départ du Tour de France, à Porto-Vecchio, les nerfs restent à vif après les révélations lundi du quotidien L'Equipe sur un cas supposé de dopage à l'EPO de Laurent Jalabert sur l'édition 1998. . "C'était il y a quinze ans, il faut arrêter de sortir les morts", s'est agacé Bernard Hinault, jeudi, sur Europe 1, lors d'une matinale spéciale en direct de Porto Vecchio. "On a un peu l'impression qu'on veut tuer le cyclisme, le Tour de France et même de la part des sénateurs, avec leurs conneries. Pourquoi sortir ça maintenant, pourquoi on va toujours chercher dans le vélo, pourquoi les flacons des années 90 (des autres sports) n'existent plus ? Qu'ils arrêtent un peu leurs conneries, merde !", s'est insurgé le quintuple vainqueur de l'épreuve (1978, 1979, 1981, 1982 et 1985), dont il est aujourd'hui l'un des ambassadeurs.

Les test rétroactifs pratiqués par le laboratoire de Châtenay-Malabry en 2004 sur des échantillons datant de 1998 et 1999 l'ont été de manière anonyme, mais la commission d'enquête du Sénat sur l'efficacité de la lutte antidopage a été en mesure de faire des rapprochements entre les échantillons et les noms figurant sur les procès-verbaux des coureurs.

"C'est toujours le vélo qui prend", s'est encore irrité Hinault. "On n'est pas plus blanc que les autres mais plus noir non plus, je ne pense pas. Pourquoi, quand Gasquet est positif à la coke, c'est parce qu'il a embrassé une fille ? Oui, je suis en colère parce que les instances ne font pas leur boulot, le CIO (comité international olympique, ndlr) ne fait pas son boulot. Qu'on traite tout le monde sur un pied d'égalité. Qu'on mette les mêmes contraintes à tous les sports et là, ils pourront ouvrir leur gueule mais là, ils n'ont pas intérêt à l'ouvrir."

Prudhomme : "on n'a rien appris de nouveau"

Invité aux côtés de l'ancien champion dans Europe 1 matin, le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, s'est lui aussi agacé du timing de ces révélations, dans un style néanmoins un peu plus posé. "On n'a rien appris de nouveau : à la fin des années 90 et au début des années 2000, il y a eu une période extrêmement sombre du vélo", a insisté l'ancien journaliste. "On le sait : le vélo a triché, peut-être plus loin que les autres, etc. Mais aujourd'hui, il n'est pas différent des autres. Il y a une sorte de concordance des temps qui arrive à chaque fois au mois de juin et qui fait aujourd'hui qu'on découvre le 24 juin 2013 les résultats d'un contrôle antidopage du 22 juillet 1998. J'espère qu'il ne viendra l'idée à personne d'exhumer le corps d'Eugène Christophe." Eugène Christophe est un cycliste du début du siècle, qui a disputé sa première course en 1903. Prudhomme plaide pour une "égalité de traitement" entre tous les sports et la mise en place d'une instance antidopage indépendante, qui aurait en charge l'ensemble des contrôles.