Federer : le coup de tonnerre

  • A
  • A
Federer : le coup de tonnerre
@ REUTERS
Partagez sur :

WIMBLEDON - Le septuple vainqueur de l'épreuve a été éliminé dès le deuxième tour, mercredi.

Surprise. Deux jours après l'élimination de Rafael Nadal par Steve Darcis, Wimbledon a subi un autre tremblement de terre, mercredi, avec l'élimination du septuple vainqueur et tenant du titre, Roger Federer. Le Suisse a baissé pavillon en quatre sets et trois heures de jeu face à l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky, seulement classé 116e à l'ATP (6-7[5], 7-6[5], 7-5, 7-6[4]). Federer, vainqueur il y a dix jours du tournoi de Halle, en Allemagne, était en lice pour remporter un huitième titre et devenir à Wimbledon l'égal de Rafael Nadal à Roland-Garros. "Fed" n'avait plus été éliminé aussi tôt à Londres depuis 2002, quand il avait été sorti au premier tour par le Croate Mario Ancic.

Federer face à Stakhovsky (930x720)

© REUTERS

Haut niveau. Contrairement au non-match qu'il avait livré contre Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros, Federer a rendu plutôt une bonne copie, mercredi. Il a ainsi gagné un seul point de moins que son adversaire (161 contre 162) et n'a commis que 13 fautes directes, soit quatre de moins que l'Ukrainien. Mais, dans un match très accroché, il ne s'est pas montré assez réaliste sur les points importants, ne convertissant qu'une seule de ses huit balles de break (contre 2/7 pour Stakhovsky). Dans le troisième set, il a ainsi été à deux points de l'emporter. Puis, dans la quatrième manche, il s'est même procuré une balle de set, que l'Ukrainien a sauvée d'une brillante volée réflexe. Nerveux (il a allumé l'Ukrainien à la volée à 4-4 dans le quatrième set), Federer a également raté quelques retours et commis quelques bois, qui ont fini par faire pencher la balance du côté opposé...

Fin de série. En l'emportant mercredi au deuxième tour, Stakhovsky a mis fin à l'incroyable série de Federer : celle de ses quarts de finale consécutifs en Grand Chelem. Il en était à 36 de rang. "C'est un beau chiffre, j'en suis très content", a admis Federer en conférence d'après-match. "J'espérais que ça ne se termine pas ici. Mais je ne crois pas que je vais en pleurer." Le Suisse n'avait plus perdu avant un troisième tour depuis Roland-Garros en 2003, quand il avait subi la loi du Péruvien Luis Horna dès le premier tour. Pour l'anecdote, c'est même la seule fois dans sa carrière que Federer perd à ce stade du deuxième tour en Grand Chelem, en 57 participations (il a perdu six fois au premier tout). Le 18e titre majeur, que chasse Federer, devra encore attendre.

Stakhovsky vainqueur de Federer (930x620)

© REUTERS

Exploit. Stakhovsky, qui n'a jamais fait mieux qu'un troisième tour dans sa carrière en Grand Chelem (US Open 2010, Open d'Australie et Roland-Garros 2011), a apprécié à sa juste valeur la teneur de son exploit. "Je n'y crois pas, j'ai rarement aussi bien joué", a-t-il reconnu. "Affronter Federer sur le Court central ici, c'est comme affronter deux personnes, Federer le joueur et son ego. J'avais un plan de jeu : tenir bon sur mon service et l'amener au jeu décisif. J'ai été tendu quand j'ai eu mon break d'avance (dans le quatrième set, à 3-1, ndlr). C'est magique, je ne pouvais pas mieux jouer aujourd'hui." Stakhovsky va désormais défier l'Autrichien Jürgen Melzer pour une place en huitièmes de finale, dans un bas de tableau désormais "libéré" pour Andy Murray. L'exploit de Stakhovsky a mis fin à une journée historique à Wimbledon, marquée par l'élimination de sept anciens n°1 mondiaux : Federer, Sharapova, Hewitt, Jankovic, Azarenka (forfait), Ivanovic et Wozniacki.