"Djoko" Vs "Rafa", acte III

  • A
  • A
"Djoko" Vs "Rafa", acte III
@ REUTERS
Partagez sur :

OPEN D'AUSTRALIE - Le numéro un mondial s'est qualifié pour la finale en battant Andy Murray.

Djokovic est de retour. En 2011, il n'y avait qu'un joueur sur le circuit. Le Serbe n'a laissé que des miettes à ses adversaires, en remportant trois titres du Grand Chelem. A la fin de la saison, le numéro un mondial semblait un peu diminué physiquement. Après un mois d'arrêt, il est très bien revenu. Dimanche, il disputera la finale contre l'Espagnol Rafael Nadal, après avoir éliminé Andy Murray en cinq sets (6-3, 3-6, 6-7, 6-1, 7-5).

Un finish incroyable. Près de 5 heures de jeu, des échanges à rallonge et des points magnifiques jusqu'au bout. Après le match exceptionnel entre Roger Federer et Rafael Nadal de jeudi, Andy Murray et Novak Djokovic ont, eux aussi, offert un immense spectacle aux spectateurs de Melbourne.

Murray-2

Murray, le coup de bambou. Après avoir lutté pour remporter les deuxième et troisième sets, le Britannique a complètement craqué. Beaucoup plus maladroit, il a accumulé les fautes directes, laissant Djokovic revenir très vite dans le match. Entre la fin du 4e set et le début du 5e, Murray a perdu 12 points d'affilée. Un gros coup de fatigue normal dans un match d'une telle intensité.

"Djoko" VS "Rafa", acte III. Ce sera le troisième rendez-vous consécutif du Serbe et de l'Espagnol en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Djokovic s'est imposé les deux premières fois à Wimbledon et à l'US Open en 2011. En battant Murray, il a également aligné son 20e match sans défaite en Grand Chelem.

Nadal se repose. C'est un fonctionnement un peu particulier mais les demi-finales ne se jouent pas le même jour à Melbourne. Du coup, Rafael Nadal, victorieux jeudi de Roger Federer, aura un jour de repos supplémentaire par rapport à Novak Djokovic. Un avantage qui pourrait peut-être peser dans la balance, dimanche...

Ristic-Sears

Le match dans les gradins. Le match a été aussi très dur pour les nerfs dans les tribunes de la Rod Laver Arena. Dans le clan du Serbe, sa petite amie Jelena Ristic (à gauche) n'a pas arrêté d'encourager son chouchou. De l'autre côté, Kim Sears (à droite), la dulcinée d'Andy Murray, moins démonstrative, a aussi beaucoup souffert pendant le match. Elle devra consoler son champion après cette grosse désillusion.