Bontemps dans le vent

  • A
  • A
Bontemps dans le vent
@ REUTERS
Partagez sur :

PLANCHE A VOILE - Le véliplanchiste, sacré champion du monde jeudi, cherchera l'or à Londres.

La page d'accueil de son site donne le ton. Julien Bontemps, 32 ans, est en mission. "Julien Bontemps Objectifs Londres 2012", est-il écrit sur la gauche. Le "s" à "objectifs", une coquille ? Peut-être pas. Car, outre-Manche, le défi de Bontemps sera double : conquérir la médaille d'or mais aussi effacer le souvenir douloureux de Pékin, lorsque, lors des derniers JO, il a laissé échapper la première place, lors de la bien nommée "Medal Race". "Je construis depuis septembre 2008 le projet d'aller chercher cette médaille d'or", a expliqué le véliplanchiste au micro d'Europe 1.  "Dès le lendemain des Jeux de Pékin, je n'ai eu qu'une idée en tête, c'est d'aller chercher l'or à Londres. Je ne me le cache pas, je ne le cache à personne, c'est mon objectif depuis un moment."

Un troisième titre de champion du monde

Et Julien Bontemps ne le cache surtout pas à ses adversaires, qu'il a battus cette semaine lors des championnats du monde de RS:X (la catégorie de planche retenue pour Londres), qui avaient lieu à Cadix, en Espagne. Le Français a conquis cette couronne, sa troisième à ce niveau (après 2004 et 2005 en Mistral), après l'annulation des deux derniers jours de course en raison d'un fort vent.

"C'est sûr que c'est toujours intéressant d'être à ce niveau-là juste avant les Jeux", a convenu le licencié de l'APTT Nantes, vainqueur de quatre des dix régates disputées en Andalousie. "Moi, je suis venu sur cette épreuve-là pour voir où j'en étais. Je vois que la préparation se déroule plutôt bien puisque je suis champion du monde 2012, ça veut dire que ma préparation en amont, depuis 2009, se passe bien et que je suis dans les clous pour cet été, donc c'est de bon augure."

Bontemps, venu à la planche à voile parce qu'il en avait marre de se "casser le dos, les genoux et tout le reste" sur son skate-board, a participé à ses premières compétitions à l'âge de 12 ans avant de grimper tous les échelons et de décrocher son premier grand titre, en 2001 : champion d'Europe à Marseille. Plus d'une décennie plus tard, cet amoureux de la glisse et de son matériel ("si tu dors avec ta dernière voile, t'es sur la bonne voie", s'amuse-t-il à dire) rêve de rejoindre dans la grande histoire olympique Franck David (1992) et Faustine Merret (2004), les deux seuls Français à avoir été sacrés sur une planche. Il lui reste quatre mois jour pour jour pour se préparer, les compétitions de RS:X débutant le 30 juillet sur la côte sud de l'Angleterre.