Mondial 2022 : imprimante 3D et soufflerie pour des pelouses zéro défaut

  • A
  • A
Mondial 2022 : imprimante 3D et soufflerie pour des pelouses zéro défaut
Image d'illustration.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

Des chercheurs de l'université du Qatar travaillent actuellement sur des maquettes de pelouse afin d'avoir de "bons" terrains au Mondial de 2022.

Maquettes de stades imprimées en 3D puis testées en soufflerie : le Qatar, pays organisateur du Mondial de football de 2022, s'en remet à la technologie de pointe pour éviter de connaître les mêmes critiques que celles visant les pelouses de l'Euro 2016 en France.

Rayons laser. Des chercheurs de l'Université du Qatar, installée à Doha, ont ainsi imprimé en 3D des maquettes de plusieurs des huit futurs stades destinés à accueillir les matches du Mondial avec pour objectif de tester chaque design, son aérodynamique, son éclairage, sa résistance au climat désertique qatari, ainsi que sa pelouse. Ces maquettes à l'échelle 1/300e, qui demandent un mois d'assemblage, sont placées dans une soufflerie. L'air projeté depuis différentes directions est alors traqué par des rayons laser pour identifier tout problème potentiel. À la clé, des projets de stades éventuellement adaptés.

Les terrains seront "bons". "Nous sommes au courant de ce qui se passe en Europe. Il y aura de bons terrains (au Qatar en 2022, ndlr), conformes à la plus haute qualité exigée par la Fifa", assure le responsable du groupe de recherches, Saud Ghani, certain que les tests en cours permettront d'améliorer la qualité des terrains.

Un Mondial à 27 milliards d'euros. Plusieurs des pelouses de l'Euro 2016, à Lille, Marseille, Nice ou encore celle du Stade de France, ont fait l'objet de critiques. La pelouse lilloise a même été changée jeudi. Saud Ghani n'a pas indiqué quel était le budget alloué à ses recherches. Le coût de la Coupe du monde 2022, qui aura lieu en novembre et décembre, est estimé à trente milliards de dollars (environ 27 milliards d'euros), dont dix milliards (environ 9 milliards d'euros) pour les stades, selon les organisateurs.