"Michel Platini n’est pas un homme près de ses sous", selon son avocat

  • A
  • A
Partagez sur :

Michel Platini sera entendu vendredi par le Tribunal arbitral du sport. "Il est impatient de pouvoir s’exprimer devant des juges indépendants", commente sur Europe 1 son avocat.

INTERVIEW

"Il espère être totalement blanchi. Il est d'une grande sérénité, celle de celui qui dit la vérité, à savoir qu'il a conclu un contrat totalement légal avec la Fifa". Sur Europe 1, jeudi, Thibaud d’Alès, l'avocat de Michel Platini s'est dit confiant sur l'issue du jugement. Vendredi, le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive, entendra le président de l'UEFA. Michel Platini conteste sa suspension d'une durée de six ans de toute activité dans le football décidée par la justice interne de la Fifa, la fédération internationale de football.

Le contrat oral est légal. "On a des éléments concrets, des déclarations de témoins, des documents que l’on a exhumés", détaille son avocat. "Des professeurs de droit suisse viendront confirmer qu’il est parfaitement légal en droit suisse de conclure un contrat par oral et que Michel Platini n’a commis aucun méfait." L'ancien international de football avait été suspendu par la commission d'éthique de la Fifa dans le cadre de l'affaire du paiement controversé de 1,8 million d'euros reçu de la part de l'ancien président de la Fifa. Ce paiement a été versé en 2011, neuf ans après la fin d'un travail de conseiller. Michel Platini soutient avoir effectué ce travail après avoir passé un contrat oral avec Sepp Blatter.

Platini, altruiste ? "Michel Platini n’est pas un homme près de ses sous", argumente Thibaud d'Alès. "A la fin de son contrat en 2002, il a connaissance que la situation financière de la Fifa est délicate, il décide donc de repousser le solde de la rémunération convenue. Et puis les années avancent, la situation de la Fifa s’améliore. En 2010, lorsqu’il fait sa réclamation à la Fifa de manière transparente, il se dit alors qu’il n’y a rien qui fait obstacle au paiement du solde. Certes c’est tard, c’est peut-être maladroit, mais ce n’est pas de nature à justifier une suspension de six années".

Selon lui, Michel Platini souffre des efforts de la Fifa pour abimer sa réputation. "Notre objectif est de le réinstaller dans la place qui lui revient, à savoir celle de président de l’UEFA" indique l'avocat. Et ce avant le début de l'Euro de football, le 10 juin.