Et le génie Messi sortit de sa boîte pour terrasser le Bayern

  • A
  • A
Et le génie Messi sortit de sa boîte pour terrasser le Bayern
Le talent de l'Argentin a une nouvelle fois ébloui le Camp Nou. @ PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
Partagez sur :

GÉNIE - Grâce à deux buts et une passe décisive, l’Argentin a permis au Barça d'écraser les Bavarois en demi-finales aller de Ligue des champions (3-0).

Même Manuel Neuer, le meilleur gardien du monde, ne peut rien face à un tel talent. Mercredi soir, le FC Barcelone a écrasé le Bayern Munich en demi-finales aller de la Ligue des champions grâce à un Lionel Messi stratosphérique (3-0). Avec deux buts et une passe décisive, l’Argentin a éclaboussé de son talent une rencontre indécise jusqu’au dernier quart d’heure. Le quadruple Ballon d’Or a d’abord fait sauter le verrou bavarois d’une frappe enroulée dans le petit filet droit (77e), avant d’humilier Boateng dans la surface pour piquer la balle au-dessus de Neuer (80e). Puis, en toute fin de match, la "Pulga" a adressé une passe décisive à Neymar pour parachever ce succès éclatant des Catalans (90e+4). Avec cette large victoire, le Barça est très bien parti pour se qualifier pour la finale de la Ligue des champions, le 6 juin prochain, à Berlin.

Neuer a tout sorti… L’ampleur du score ne raconte pourtant pas les immenses difficultés éprouvées par le Barça pour prendre le dessus sur le Bayern. Pendant 75 minutes, les vagues catalanes se sont fracassées sur une défense allemande très bien organisée. Les Catalans ont d’entrée de jeu fait tanguer le navire bavarois, mais Neuer a superbement remporté son face-à-face contre Suarez (12e) puis a détourné une frappe à bout portant de Daniel Alves (39e). Après 45 minutes d’une intensité de tous les instants et d’un niveau technique époustouflant, le Bayern parvenait à tenir le Barça en respect (0-0).

Au retour des vestiaires, les récents champions d’Allemagne ont continué à considérablement gêner la progression des Blaugrana. Mais même quand la défense bavaroise a laissé partir Neymar seul au but, son ange gardien a veillé au grain. Neuer, encore lui, a réalisé une sortie géniale dans son anticipation à plus de 25 mètres des buts pour empêcher le Brésilien d'ouvrir le score (61e). On a alors cru revoir le 8e de finale du dernier Mondial, quand le portier allemand avait dégoûté l’Algérie à lui tout seul.

...mais Messi a fait sauter le verrou. Mais le Barça possède une arme fatale : Lionel Messi. "En ce moment, aucune défense ne peut l'arrêter, c'est impossible", avait dit de lui Pep Guardiola avant la rencontre. Le coach du Bayern, de retour au Camp Nou trois ans après avoir quitté le Barça, avait vu juste. Le sort de cette partie d’échecs a basculé sur deux éclairs de génie d’un petit bonhomme d’une autre planète. Décalé sur la droite de la surface, Messi a d'abord ouvert le score d'une belle frappe enroulée qui a rebondi devant Neuer avant d’entrer au fond des filets (77e). Le festival de l’Argentin pouvait commencer.

Boateng humilié. Trois minutes plus tard, le talent du quadruple Ballon d’Or a une nouvelle fois ébloui le Camp Nou. Servi dans la profondeur, l’artiste argentin a humilié Jérôme Boateng avec un dribble renversant avant d’aller lober Neuer d’une subtile balle piquée du droit (80e). Sur cette action, le défenseur central allemand, pourtant très bon jusque là, s'est retrouvé les fesses sur la pelouse du Camp Nou, totalement dépassé par la vitesse d’exécution de Messi. Avec ce doublé, l'Argentin est désormais seul en tête du classement des buteurs de la Ligue des champions (10 buts), devant Cristiano Ronaldo et Luiz Adriano (9 buts).

Le but du 2-0 de Lionel Messi face au Bayern :

Le soliste s’est enfin mué en chef d’orchestre pour offrir la passe décisive sur le troisième but à son coéquipier brésilien Neymar, vainqueur de son face à face sur Neuer (90e+4). Humilié par le Bayern il y a deux ans à ce même stade de la compétition (4-0, 3-0), le FC Barcelone et Lionel Messi ont pris une éclatante revanche, s'ouvrant en grand les portes de la finale. Et une nouvelle fois, c'est Messi qui avait les clés.