Ligue 1 : l'OM tenu en échec par le Gazélec Ajaccio

  • A
  • A
Ligue 1 : l'OM tenu en échec par le Gazélec Ajaccio
@ AFP
Partagez sur :

Les Marseillais, qui ont terminé la rencontre à 10, ont encore une fois été incapables de gagner à domicile, dimanche contre le Gazélec Ajaccio (1-1). 

Le stade Vélodrome ne sourit toujours pas aux Marseillais. L'OM a une nouvelle fois étalé ses limites à domicile, en concédant le nul contre le Gazélec Ajaccio (1-1), lors de la 18e journée de Ligue 1, dimanche après-midi. Encore une fois trop brouillons, malgré une nette domination en première période, les Phocéens ont terminé la rencontre à 10, après l'expulsion très sévère de Barrada dès le retour des vestiaires (51e). Avec cette nouvelle contre-performance au Vélodrome, l'OM reste englué dans le milieu du tableau, à la 9e place (24 points). Le Gazélec est de son côté à la 16e place (21 pts), deux longueurs devant Guingamp, le premier relégable (19 pts), et étire sa remarquable série à 8 rencontres consécutives sans défaite. 

Double erreur d'arbitrage. L'OM avait pourtant largement dominé les débats en première période. Malgré une possession de balle largement en leur faveur, les Marseillais ont concédé un penalty, suite à une faute un peu bête de Benjamin Mendy, l'arrière gauche phocéen. Zoua, l'attaquant du Gazélec, a transformé la sanction (19e). Les hommes de Michel ont alors réagi et ont été récompensés par l'égalisation de la tête de Michy Batshuayi, juste avant la mi-temps, sur un centre de Cabella (38e).

Mais l'homme du match, cet après-midi, a bel et bien été l'arbitre, Nicolas Rainville. Il a d'abord refusé à tort un but au Gazélec, pour un hors-jeu inexistant de Larbi (50e). Puis, dans la foulée, l'arbitre a expulsé inexplicablement Barrada, le milieu offensif de l'OM, pour un tacle pourtant tout à fait licite sur Tshibumbu (51e). Réduits à 10, le Phocéens ont alors éprouvé les pires difficultés pour inquiéter les Corses, malgré une ultime occasion de Batshuayi, encore lui (90e). Un coup du sort cruel, mais qui n'occulte pas les lacunes récurrentes de l'OM à domicile. Les sifflets nourris à la fin de la rencontre deviennent une triste habitude, au stade Vélodrome.