L'élu local qui avait porté plainte contre trois joueurs de Lens n'aurait pas été frappé

  • A
  • A
L'élu local qui avait porté plainte contre trois joueurs de Lens n'aurait pas été frappé
La scène s'est déroulée à la sortie du stade Bollaert (en arrière-plan), à Lens.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Selon le parquet, aucun joueur lensois n'aurait frappé le conseiller régional les Patriotes qui avait déposé plainte contre trois footballeurs pour "violences", rapporte France Bleu mercredi.

Un conseiller régional Les Patriotes des Hauts-de-France, Guillaume Kaznowski, a porté plainte contre trois joueurs du RC Lens (L2) après avoir, dit-il, été victime de "violences physiques et verbales" après la défaite de Lens face à Bourg-en-Bresse (0-1) lundi soir. Mais, selon le parquet, l'élu n'aurait pas été frappé, rapporte France Bleu Nord mercredi, alors que des auditions ont eu lieu tout au long de la journée.

Coupable d'insultes racistes ? "Si l'élu est tombé au sol, c'est parce qu'un stadier lui aurait poussé le bras pour l'écarter", explique France Bleu. Selon le procureur de la République de Béthune, Guillaume Kaznowski aurait même proféré des insultes racistes à l'encontre d'Abdellah Zoubir, Abdelrafik Gérard et Souleymane Diarra. Des insultes confirmées par des témoins, bien que l'élu nie formellement avoir tenu ce type de propos.

"Je filmais l'altercation aux abords du stade quand l'un des joueurs m'a demandé d'arrêter de filmer. Face à mon refus, j'ai reçu des coups", avait affirmé Kaznowski. "Les éléments qui sont à la disposition du club aujourd'hui ne permettent en aucun cas de tirer des conclusions définitives sur leur exactitude, conclusions qui ne seraient que pures spéculations sur la réalité", avait réagi le club artésien dans un communiqué.