Handball : pourquoi ce sera un Mondial haletant

  • A
  • A
Handball : pourquoi ce sera un Mondial haletant
Trois stars de ce Mondial 2017 : Nikola Karabatic, l'Allemand Uwe Gensheimer et le Danois Mikkel Hansen. @ Photos AFP
Partagez sur :

Le Mondial de hand, dont l’équipe de France est tenante du titre, débute mercredi avec le match d’ouverture à Paris. 

Seize ans après le sacre des "Costauds" à Paris, les "Experts" espèrent à leur tour connaître l’ivresse d’un titre de champion du monde à domicile. Le Mondial de handball, qui commence mercredi à l’AccorHotelsArena de Paris, peut donc être l’occasion pour cette génération dorée de conclure en apothéose une décennie de succès. La tâche ne sera cependant pas simple pour les Bleus, champions du monde en titre, qui ont cédé leur couronne olympique cet été à Rio. Voici pourquoi ce Mondial 2017 promet d’être un grand moment.

  • Parce que rien ne vaut un sacre à la maison

S’ils ont tout gagné depuis dix ans (JO 2008 et 2012, Euro 2006, 2010 et 2014, Mondial 2009, 2011 et 2015), les "Experts" ont un dernier défi à relever : être sacrés devant leur public. Un exploit réalisé en 2001 par les "Costauds", à l’issue d’une finale entrée dans la légende face à la Suède (28-25 a.p.), dans un Bercy incandescent.

Les Français pourront demander conseil à Daniel Narcisse, seul rescapé avec Thierry Omeyer de cette formidable épopée. "Toutes les aventures ont une saveur différente mais c'est sûr que 2001 a une place à part. Aller au bout d'un championnat du monde à domicile : ce fut vraiment un grand moment pour moi", s’est souvenu avec émotion Narcisse, interrogé par l'AFP. De quoi inspirer ses coéquipiers.

La fin de la finale entre la France et la Suède au Mondial 2001 :

  • Parce que la concurrence sera rude

L’équipe de France, grande favorite de "son" Mondial, est cependant loin d’avoir gagné d’avance. La concurrence s’est largement aiguisée ces derniers mois, le Danemark et l’Allemagne en tête. Les Danois, bourreaux des Français en finale des Jeux olympiques cet été à Rio, arrivent en pleine confiance avec leur star Mikkel Hansen. L’Allemagne, de retour au premier plan, sera elle aussi un redoutable adversaire. Les champions d’Europe en titre, médaillés de bronze aux JO, possèdent en outre un autre joueur vedette qui évolue au PSG, Uwe Gensheimer.

Derrière ces deux "monstres", les outsiders ne manquent pas. La Croatie, toujours aussi imprévisible (3e de l’Euro 2016 et quart de finaliste à Rio), est un prétendant au podium. L’Espagne, grande puissance historique du hand, a une revanche à prendre après son absence aux Jeux olympiques. La Pologne, demi-finaliste à Rio, apparaît en revanche affaibli par la retraite de nombreux cadres cet été. Le constat est le même pour le Qatar, finaliste surprise du Mondial 2015, qui a décidé de se passer des services de plusieurs "naturalisés" après des JO décevants.

  • Parce que le record de spectateurs sur un match du Mondial peut être battu

Le Mondial doit également permettre au hand de basculer dans une nouvelle dimension en France. Les organisateurs espèrent élargir leur public et vendre 500.000 billets au total durant la compétition. Ils ont en tête un autre objectif, plus secondaire mais qui pourrait être historique : battre le record de spectateurs sur un match du Mondial, détenu depuis 1999 par le match Égypte-Russie au Caire. Le record pourrait ainsi être battu au stade Pierre-Mauroy (27.500 places en configuration hand), lors des huitièmes de finale ou des quarts de finale. Avant l’apothéose attendue le 29 janvier, lors de la grande finale à l’AccorHotelsArena