France-Irlande : pour la défense, le péril jaune

  • A
  • A
France-Irlande : pour la défense, le péril jaune
Pas de tacles assassins dimanche, messieurs ! @ JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :

Adil Rami et Laurent Koscielny, les deux défenseurs centraux titulaires, sont sous la menace d’une suspension en cas d’avertissement contre l’Irlande. 

La défense n’a pas fini de causer des maux de tête à Didier Deschamps. Après la cascade de blessures avant la compétition, le sélectionneur des Bleus doit désormais gérer l’épineux problème des cartons jaunes. Ses deux défenseurs centraux titulaires, Laurent Koscielny et Adil Rami, sont en effet sous la menace d’une suspension en cas d’avertissement contre l’Irlande, dimanche après-midi en huitièmes de finale de l’Euro. Un vrai casse-tête pour le staff des Bleus.

  • La menace jusqu’à quand ?

Le règlement de l’UEFA est limpide : un joueur est suspendu pour le match suivant lorsqu’il a écopé de deux cartons jaunes, dans deux rencontres différentes. Laurent Koscielny et Adil Rami, avertis tous deux contre la Suisse (0-0), entrent donc dans ce cas de figure. Mais DD peut se rassurer, cette menace de suspension ne durera pas jusqu’à la fin de la compétition.

En effet, l’UEFA remet les compteurs à zéro à l’issue des quarts de finale. Laurent Koscielny et Adil Rami devront donc veiller à ne pas se faire rattraper par la patrouille pendant encore deux rencontres, les huitièmes puis les quarts… si les Bleus se qualifient, bien évidemment.

  • Jouer avec le frein à main ou pas ?

Mais quand une épée de Damoclès plane au-dessus de sa tête, joue-t-on différemment ? Pour le staff et les joueurs de l’équipe de France, la réponse est clairement non. "Didier (Deschamps) ne va pas leur demander de freiner leurs interventions", a répliqué Guy Stéphan, l’adjoint du sélectionneur interrogé vendredi en conférence de presse.

Même constat pour Adil Rami. "Je ne peux pas me retenir pendant un huitième de finale, je dois jouer mon football à 100% et défendre ma cage", a-t-il assuré après la rencontre la Suisse. Puis d’ajouter, en bon camarade : "On est un groupe de 23 joueurs, donc si jamais je devais être suspendu, on me remplacera." Problème, les solutions de repli ne sont pas, mais alors vraiment pas légion.

  • Quelles solutions de rechange ?

En cas de suspension de ses défenseurs centraux titulaires, Didier Deschamps devrait faire appel à leurs remplaçants : Eliaquim Mangala ou/et Samuel Umtiti. Mais sans vouloir leur manquer de respect, on prie vraiment pour que Rami et Koscielny ne soient pas tous les deux avertis dimanche. Car ni le défenseur de City, ni celui de Lyon n’offrent de garanties au plus haut niveau.

Mangala n’a jamais vraiment convaincu en Bleus, alors qu’Umtiti n’a jamais joué le moindre match en sélection. Sachant que leur dernier match en compétition remonte au week-end des 14 et 15 mai, soit plus d’un mois, il y a vraiment de quoi s’inquiéter s’il arrive malheur à la charnière centrale titulaire. Si la poisse pouvait laisser (pour une fois) l’équipe de France tranquille, Didier Deschamps ne s’en plaindrait pas.