Cavani et le PSG : vite fait, bien fait !

  • A
  • A
Cavani et le PSG : vite fait, bien fait !
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Vainqueur de l'Apoel Nicosie (1-0), le PSG s'est assuré son ticket pour les huitièmes de finale.

Edinson Cavani a repris là où il s'était arrêté. Deux semaines après avoir marqué en fin de match sur la pelouse de l'Apoel Nicosie (1-0), l'attaquant uruguayen a cette fois ouvert le score face aux Chypriotes à la fin de la première minute (après 57 secondes pour être précis), signant ainsi le but le plus rapide de l'histoire du PSG en Ligue des champions. Sur un joli service de Grégory van der Wiel sur le côté droit, l'ancien avant-centre de Naples s'est levé le cuir avant de reprendre en pivot. La maladresse du portier espagnol de l'Apoel Urko Pardo a fait le reste. Cet unique but qualifie le PSG pour les huitièmes de finale dès la 4e journée de la phase de groupes puisque, dans le même temps, l'Ajax Amsterdam s'est incliné face au Barça, lui aussi qualifié (2-0), avec un doublé de Lionel Messi.

Cavani offre la victoire au PSG :

Encore du gâchis. Solide, voire dangereux à l'aller, l'Apoel Nicosie a a été pris à la gorge d'entrée et a mis un certain temps à desserrer l'étreinte. A l'exception d'une énorme occasion de Nuno Morais, qui, gêné par... Cavani, a envoyé le cuir au-dessus alors qu'il se trouvait à deux mètres du but (12e), les Chypriotes ont subi les assauts d'un PSG emmené par un Cavani virevoltant, auteur notamment d'une tête plongeante sur le poteau (18e). Par la suite, "Cava" est retombé dans ses travers, manquant de promptitude en plusieurs occasions, notamment en deuxième période (frappe dévissée à la 47e, tir trop croisé à la 80e). Avec plus de justesse, Cavani aurait pu signer un triplé... Malgré le volume de jeu de Javier Pastore et les éclairs de Lucas, le PSG a dû finalement contenté d'un succès sur la plus petite des marges, qui traduit mal sa domination mais bien son inefficacité. Ce succès, qui assure son avenir européen, n'est en revanche pas forcément rassurant à quatre jours du "classique" face à l'OM, où les occasions seront sans doute moins nombreuses.