Petit : "les gens n’aiment pas Thierry Henry"

  • A
  • A
Petit : "les gens n’aiment pas Thierry Henry"
@ REUTERS
Partagez sur :

FEU DE TOUT BOIS - Emmanuel Petit, l'ancien international tricolore, ne mâche pas ses mots à l'occasion de la retraite de Thierry Henry.

Emmanuel Petit n'a jamais eu la langue dans sa poche. Alors, forcément, quand nos confrères de Sports.fr l'interrogent sur la possible retraite de son ancien coéquipier Thierry Henry et le manque de reconnaissance dont il jouit dans l'Hexagone, "Manu" sort la sulfateuse. "Les gens n’aiment pas Thierry Henry", maugrée-t-il. "En Angleterre, il a une statue. Cela veut dire beaucoup de choses. Il est adulé là-bas, ça vous dérange ? Alors, regardez ailleurs ! Cela me fatigue. Que peut-on reprocher à Thierry Henry ? Sa main contre l’Irlande ? Il a aidé à la qualification en Coupe du monde ! L’Afrique du Sud (Coupe du monde 2010, ndlr) ? Il n’a rien fait. La France est hypocrite et lâche. Parfois, je me dis qu’en ayant été envahis par les Allemands, on serait mieux dirigés aujourd’hui."

>> LIRE AUSSI : Thierry Henry quitte les New York Red Bulls

Médias, hommes politiques, tout le monde prend. Le consultant de France Télévisions poursuit sur sa critique de la société française. "Cela fait des siècles que tous les sportifs, pas seulement les footballeurs, sont méprisés par les élites de notre pays", insiste-t-il. "On considère que c’est l’apanage des gueux, que c’est uniquement un ascenseur social pour les pauvres. Aux Etats-Unis, on tire les sportifs vers le haut, ils sont des fiertés nationales, on leur donne de l’importance. En France, c’est le contraire."

Petit regrette également le traitement de la presse hexagonale. "Wayne Rooney n’est pas détesté en Angleterre alors qu’il n’a pas toujours été droit dans ses bottes sur le terrain et en dehors. Thierry Henry, lui, n’a jamais eu de mauvais geste sur le terrain et aucune histoire dans sa vie privée", précise-t-il. Enfin, Petit s'en prend aux hommes politiques. "Les politiciens sont omniprésents pour tout contrôler, mais n’ont aucune crédibilité, encore moins des compétences", insiste-t-il. "Quand Brandao prend un mois de prison pour un coup de tête, (Jérôme) Cahuzac est encore en liberté, (Thomas) Thévenoud siège toujours à l’Assemblé nationale. Et on ne parle que de ceux qui ont été pris la main dans le sac. Ils ont le pouvoir et veulent surtout l’argent." Très remonté, le "Manu"...