Dimanche noir pour le football égyptien

  • A
  • A
Dimanche noir pour le football égyptien
@ STR/AFP
Partagez sur :

AFFRONTEMENTS - 19 personnes sont mortes dans des heurts entre forces de police et ultras au Caire. Le championnat a été reporté.

Trois ans après le drame de Port-Saïd, où des affrontements entre supporters ultras avaient fait 74 morts, le football égyptien a connu dimanche un nouveau jour noir. Dix-neuf personnes sont mortes et une vingtaine d'autres ont été blessées, après des affrontements qui ont opposé des supporters aux forces de l'ordre avant un match du championnat d'Egypte entre les clubs de Zamalek et d'Enbi. Les heurts ont éclaté devant un stade du nord-est du Caire, lorsque des ultras du club de Zamalek ont tenté de rentrer de force dans l'enceinte. Depuis les événements de Port-Saïd, en 2012, la plupart des rencontres avait lieu à huis clos. Dimanche, pour le début de la phase retour du championnat, les autorités égyptiennes avaient décidé d'assouplir ces règles en permettant à nouveau aux spectateurs de venir au stade, mais en nombre réduit. Le ministère de l'Intérieur avait limité à 10.000 le nombre de supporters autorisés à entrer dans le stade. Ces billets ont rapidement été épuisés.

Incidents en Egypte (1280x640)

© STR/AFP

Une tension latente entre ultras et autorités. Lorsque les supporters du groupe Ultra White Knights, dépourvus de ticket, ont tenté de forcer le passage vers le stade, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser. Les supporters, dont certains portaient des masques semblables à ceux des Anonymous (photo en haut), ont tiré des feux d'artifices pour répliquer, selon la police et des témoins. Les ultras des clubs égyptiens ont été les fers de lance de la révolution égyptienne de 2011. Suite aux événements tragiques de Port-Saïd, les supporters avaient vivement critiqué l'inaction des autorités. Ces tensions, latentes depuis de longs mois, ont explosé à nouveau, dimanche, avant un banal match de championnat.

>> LIRE AUSSI : Al-Ahly, des ultras révolutionnaires

Le championnat suspendu jusqu'à nouvel ordre. Le championnat de première division de football égyptien a été reporté sine die après ces violents affrontements, a annoncé lundi le bureau du Premier ministre. "Il a été décidé de reporter le championnat à une date qui sera décidée ultérieurement", explique le Premier ministre Ibrahim Mahlab, accusant les supporters d'avoir pris d'assaut un stade du Caire et attaqué la police.