Aulas, serial twitteur, est dans le collimateur

  • A
  • A
Aulas, serial twitteur, est dans le collimateur
@ Philippe DESMAZES/AFP
Partagez sur :

HUMOUR TOUJOURS ? - Le président de l'OL, twitto invétéré, pourrait passer devant le Conseil national de l'éthique.

Est-ce que Jean-Michel Aulas va devenir le porte-voix de la liberté de tweeter ? C'est en train de prendre le chemin. En effet, le président de l'Olympique lyonnais, leader du championnat de France de Ligue 1, pourrait être prochainement convoqué devant le Conseil national d'éthique de la fédération française de football (FFF) après une série de tweets un peu "limite". Relayant cette possible convocation, "JMA" n'a pas tardé à se placer en symbole en partageant le message d'un journaliste lui apportant son soutien...

"Oh, les autistes..." Cette possible convocation intervient alors que les dirigeants de l'AS Saint-Etienne ont regretté en début de semaine dans un communiqué une série de tweets intervenus le week-end dernier, des tweets qualifiés d'"insultants ou déplacés". Le club stéphanois faisait sans doute allusion à une réponse lâchée dimanche, pendant Saint-Etienne-OM, dans lequel le président de l'OL avait interpellé un twitto supporter des Verts avec un message, comment pourrait-on dire, assez détonant.



Critiques contre l'arbitre. Si vous ne connaissez pas le style Jean-Michel Aulas sur Twitter, vous risquez d'être surpris. A tel point qu'avant le compte ne soit certifié, vous pouviez vous demander s'il s'agissait bien du président de l'OL, l'un des dirigeants les plus importants du football et du sport français, plutôt brillant en interview. "JMA" se permet à peu près tout dans ces tweets - y compris les fautes d'orthographe - et retweete beaucoup de choses, n'importe quoi et parfois n'importe qui. C'est frais, c'est sûr, mais ça déplaît aussi. Les autorités du foot français ont ainsi vu d'un mauvais œil les critiques énoncées à l'égard de l'arbitre du récent OL-PSG (1-1), Clément Turpin, et qui s'étaient étalées sur de nombreux tweets à commencer par celui qui suit, déjà bien explicite. 



Ce droit à faire usage de sa parole comme bon lui semble, de féliciter ses joueurs et supporters mais aussi de critiquer les arbitres ou instances, "JMA" le revendique ouvertement, que ce soit sur Twitter directement ou devant les micros.



"Sur Twitter je joue mon rôle de président", a-t-il assuré mercredi lors d'un point-presse en marge de la présentation des résultats financiers d'OL Groupe. "J'essaie de mettre mon équipe dans les meilleurs dispositions. Cela signifie défendre l'équipe, protéger les supporters et parfois remettre à leur place ceux qui m'insultent. Je suis parfois ironique, je fais de l'humour, mais je ne suis jamais insultant." Là dessus, le Conseil de l'Ethique de la FFF va se prononcer.

>> LIRE AUSSI - OL-PSG-OM : trois cadors pour un titre