Paris suspendus sur Ajaccio-Montpellier

  • A
  • A
Paris suspendus sur Ajaccio-Montpellier
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Plusieurs opérateurs de jeu ont suspendu la prise de paris sur cette rencontre.

L'AC Ajaccio a fait une excellente opération en vue du maintien, samedi soir, en s'imposant face au champion de France en titre, Montpellier (2-1). Mais, si cette rencontre a fait l'actualité ce week-end, c'est en raison de la suspension des paris qui l'a frappée, dès vendredi soir. L'information, relatée en détails dans le quotidien régional Le Midi libre, a été confirmé lundi après-midi par l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). "Des opérateurs et l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) ont constaté des mouvements de paris atypiques pour cette rencontre", a expliqué Jean-François Vilotte, le président de l'Arjel. "Des opérateurs ont donc retiré les paris sur la rencontre car il y avait des risques financiers qu'ils ne voulaient pas prendre." Pour le moment, il n'y aurait pas de soupçon de fraude avérée.

Deux cartons rouges et deux penalties

Abirtre d'Ajaccio-Montpellier (930x620)

© MAXPPP

Parmi les opérateurs qui ont suspendu leurs paris, figure notamment la Française des Jeux (FDJ). La FDJ explique avoir "noté vendredi que la belle affiche Ajaccio-Montpellier attirait de nombreux parieurs. Compte tenu du niveau des mises, la FDJ a décidé, par prudence financière sur cette affiche et par vigilance, de suspendre les paris." Selon une source proche du dossier, des montants élevés de paris ont été détectés misant sur la victoire d'Ajaccio. La FDJ affichait une cote à 3,05 pour une victoire d’Ajaccio, contre 2,20 pour les autres opérateurs. L'Arjel va maintenant analyser la situation avant de décider de donner une suite judiciaire ou de classer cette alerte sans suite.

Menée 1-0 à la 56e minute de jeu et réduit à dix après l'exclusion de Fousseini Diawara (47e), l'AC Ajaccio a réussi à inverser la tendance dans les dix dernières minutes. Andy Delort a d'abord égalisé sur penalty (82e) puis Dennis Oliech a offert les trois points de la victoire aux Corses à la 92e minute. Deux cartons rouges (photo), deux penalties (dont un manqué par Younes Belhanda sur une Panenka) et deux buts dans les dix dernières minutes : un match animé, en somme.

Interrogé à l'issue de cette folle rencontre sur la suspension des paris, le président ajaccien Alain Orsoni a ironisé.  "C’est bien connu que Louis Nicollin (président de Montpellier, ndlr) a un énorme besoin d’argent, qu’il est en difficulté financière", a souri le dirigeant dans des propos repris sur midilibre.fr, avant d’ajouter, toujours aussi ironique : "et il est également connu que je suis immensément riche. Malgré cela, je n’aime pas dépenser mon argent. Et c’est pour cela que nous n’avons pas réussi à nous entendre." Ce n'est pas la première fois que cette affiche Ajaccio-Montpellier se retrouve dans l'oeil du cyclone. En 2007, le club héraultais s'était imposé 2-1 et s'était maintenu en Ligue 2. A l'époque, la Française des Jeux avait déjà enlevé ce match de sa liste des paris.