Oui, des choses ont changé au PSG

  • A
  • A
Oui, des choses ont changé au PSG
@ MAXPPP
Partagez sur :

TENANT DU TITRE - Le PSG version 2014-15 remet son titre de champion en jeu vendredi, à Reims.

Un véritable raz-de-marée. Le traditionnel sondage d'avant-saison réalisé par le quotidien L'Equipe sur le favori du championnat qui s'annonce est à sens unique : 85,5% des joueurs, 100% des entraîneurs et 100% des présidents qui ont répondu à cette enquête pensent que le PSG va être sacré champion de France au printemps prochain. De quoi faire craindre une certaine routine au sommet du pouvoir. Craindre seulement, car malgré les apparences, des choses ont changé au PSG.

David Luiz, buteur face au Chili (930x620)

© REUTERS

David Luiz, le grain de folie. 50 millions d'euros, voilà la somme qu'a mise sur la table le PSG pour acquérir le Brésilien David Luiz et en faire le défenseur le plus cher de l'histoire de la Ligue 1. Et même de l'histoire tout court. Alors que Chelsea utilisait David Luiz à la fois en défense et au milieu du terrain, le PSG l'a visiblement engagé pour réunir en club les deux titulaires de la charnière centrale brésilienne David Luiz et Thiago Silva.

Cet achat, le PSG l'a effectué dès le mois de mai, avant que le joueur à bouclettes ne devienne la risée des réseaux sociaux pour son placement aléatoire lors de la fessée reçue par la Seleçao contre l'Allemagne, en demi-finales de la Coupe du monde (1-7). Le PSG va devoir vivre avec ce boulet médiatico-populaire pendant quelques semaines sans doute. Mais David Luiz, ce n'est pas qu'une histoire de boulettes. C'est également un joueur charismatique, débordant d'envie. Dur, voire très dur sur l'homme, il est capable de toutes les audaces sur coups de pied arrêtés, en plaçant sa tête ou en faisant briller son pied droit, comme l'a montré son bijou contre la Colombie, en quarts de finale de la dernière Coupe du monde (2-1). Avec sa dégaine improbable et son jeu décousu, David Luiz va apporter un grain de folie bienvenu au PSG. De quoi régaler les 36.000 abonnés attendus au Parc des princes, un record.

David Luiz inscrit un coup franc splendide face à la Colombie :

Serge Aurier au PSG

© Capture d'écran Twitter

Aurier, pour une défense qui attaque. Les deux recrues parisiennes de l'été ont un point commun : comme David Luiz, Serge Aurier, qui arrive de Toulouse, est un défenseur qui défend (un peu) mais qui attaque surtout très bien. Avec six buts et six passes décisives la saison dernière avec le TFC, l'international ivoirien a été le défenseur le plus décisif parmi les trois grands championnats européens. En lutte avec le Néerlandais Grégory van der Wiel pour une place de titulaire sur le côté droit de la défense, le jeune latéral, 21 ans, pourrait donner au PSG une dimension encore plus spectaculaire. Son arrivée correspond également au départ de Christophe Jallet pour l'OL après cinq ans passés au club. Jallet était l'un des derniers joueurs à faire le trait d'union avec la période pré-Qatar du PSG. Zoumana Camara, qui pourrait être titulaire, vendredi, à Reims, est désormais le dernier de ces Mohicans.

Angel Di Maria avec l'Argentine (930x620)

© REUTERS

Finies les folies ? Malgré son budget de 500 millions d'euros, le PSG s'est fait prêter un joueur cette saison, comme un vulgaire club de seconde zone. Aurier est en effet arrivé de Toulouse en prêt, certes avec option d'achat. Epinglé par l'instance de contrôle financier des clubs, diligentée par l'UEFA, le PSG doit désormais se montrer plus économe. Sa masse salariale est encadrée et il ne peut donc plus se permettre toutes les folies sur le marché des transferts. Bien que solution idoine pour fluidifier l'attaque parisienne, l'Argentin Angel Di Maria (Real Madrid) ne viendra sans doute pas. Jeudi, le président du club, Nasser Al-Khelaïfi, a écarté cette hypothèse. Pour espérer le faire venir, le PSG devait se séparer d'une autre de ses stars, Ezequiel Lavezzi ou Edinson Cavani. Et ça, ça ne figure visiblement pas au programme présidentiel.

Match PSG-Guingamp à Pékin, Zlatan Ibrahimovic

© REUTERS

Un an de plus pour grandir encore. Si rien ne devait bouger d'ici le 31 août, le PSG entamerait donc la première partie de saison avec le même entraîneur, Laurent Blanc, au contrat prolongé, et un onze-type à peine remanié. Et quand on connaît la qualité des joueurs qui le constituent (Sirigu, Thiago Silva, Matuidi, Ibrahimovic, pour ne citer qu'un joueur par ligne), on voit mal comment le PSG ne pourrait pas être champion de France, même si le mois d'août pourrait être une nouvelle fois un peu poussif en raison de la tournée asiatique (et promotionnelle) de juillet.

Le "vivre ensemble", presque superflu pour la Ligue 1, pourrait se révéler décisif au moment de retrouver la Ligue des champions, ou plutôt ses quarts de finale, le stade où le PSG a échoué deux années de suite. Et ça, c'est sans doute ce que dirigeants, joueurs et supporters veulent le plus changer au moment d'aborder une saison 2014-15 de Ligue 1 qui sera sans aucun doute celle du PSG. Mais, honnêtement, au cinéma, vous n'aimez que les films à suspense ?

>> LIRE AUSSI : David Luiz, rendez-vous manqué au Peninsula