Le bourreau du PSG s'appelle Neymar

  • A
  • A
Le bourreau du PSG s'appelle Neymar
@ Josep LAGO/AFP
Partagez sur :

DÉCISIF - L'attaquant brésilien a marqué trois des cinq buts catalans lors du quart de finale face au PSG.

"Ils ne m'ont rien fait !" C'est avec ces mots que l'attaquant brésilien du Barça, Neymar, a commenté sa réussite face à la défense auriverde du PSG cette saison en Ligue des champions. Thiago Silva, Maxwell, Marquinhos, David Luiz : ils ont tous eu à souffrir du voisinage de leur compatriote. Quatre matches, cinq buts, dont deux mardi soir lors du quart de finale retour (2-0). Un doublé qui a définitivement scellé une qualification catalane qui ne faisait plus guère de doute depuis le match aller, où c'est déjà lui qui avait ouvert le score.

Neymar dribble Sirigu et marque dans le but vide :

Mardi, au Camp Nou, la star de la Seleçao a cette fois profité du travail génial d'Andres Iniesta, auteur d'un raid d'anthologie au milieu du terrain, pour inscrire le but du 1-0. Celui du 2-0 est intervenu un peu plus de vingt minutes plus tard, de la tête cette fois, preuve que sa panoplie d'attaquant est bien complète.

Neymar profite du marquage assez lâche de David Luiz... :

"Je suis ravi d'avoir marqué deux buts aujourd'hui", a simplement commenté Neymar au micro de la télévision espagnole TVE à l'issue de la rencontre. "Sur le premier, Iniesta a tout fait, j'ai seulement eu à dribbler le gardien pour marquer." Simplement, oui, mais il fallait une belle maîtrise technique pour effectuer ce geste. D'autres l'auraient manqué. Et peut-être même le Neymar d'il y a quelques semaines...

Trente buts cette saison. Car s'il connaît actuellement une période faste, marquée également par un but splendide avec le Brésil en amical contre la France (décidément...), Neymar a aussi traversé des moments difficiles. Il a dû ravaler son orgueil et épurer (un peu) son jeu avec l'éclosion de Luis Suarez, tête émergente de la fameuse "MSN", la ligne d'attaque Messi-Suarez-Neymar. Inefficace entre février et mars, avec huit matches sans marquer en Liga et Ligue des champions, Neymar s'est également plaint ouvertement d'être trop souvent remplacé par son entraîneur à son goût.

Neymar face à Verratti (1280x640)

© Lluis GENE/AFP

Mardi soir, Luis Enrique a préféré sortir Suarez que lui, le laissant achever un récital qui a parfois pris des allures de solo (et irrité Marco Verratti, coupable d'un petit balayage en règle). Agé de 23 ans seulement, Neymar a faim de ballons et de titres, lui qui n'a gagné pour le moment qu'une Supercoupe d'Espagne depuis son arrivée en Europe en 2013.

"Nous sommes dans une bonne période, en Ligue des champions, en Liga, partout. Nous devons continuer ainsi", a ainsi martelé le Brésilien, qui a inscrit mardi son trentième but de la saison toutes compétitions confondues. Trente, soit deux fois plus, déjà, que la saison passée, où son compteur s'était figé à 15 (avec un total de matches équivalent à ce jour, 41). "Je suis très heureux de ma saison et nous devons continuer ainsi pour atteindre nos objectifs. Nous devons continuer à franchir les tours pour atteindre la finale." "Les tours", il n'en reste plus qu'un en Ligue des champions et, quel que soit l'adversaire promis au Barça en demi-finales, Neymar devra relever un défi sans doute plus élevé que celui que lui ont proposé ses compatriotes brésiliens du PSG...

>> LIRE AUSSI - Ligue des champions : contre le Barça, Paris n'y a jamais cru

>> LIRE AUSSI - Barça-PSG : "On est tombé sur plus fort que nous", juge Matuidi