Le PSG reste candidat

  • A
  • A
Le PSG reste candidat
@ REUTERS
Partagez sur :

EN UN CLIC - Le PSG a battu Saint-Etienne (2-0) et revient à trois points de Montpellier.

Le moment où tout a basculé : C'est un coup de sifflet qui a surpris tout le monde. Alors que Jérémy Ménez venait de frapper à côté malgré le retour de Sylvain Marchal, l'arbitre de la rencontre, Saïd Ennjimi, a désigné le point de penalty (19e), alors que le Parisien est simplement retombé sur son adversaire. Le directeur de jeu a en fait suivi les indications de son assistant, qui a vu fondre sur lui plusieurs joueurs parisiens, dont Nene. Le Brésilien s'est chargé de la sentence et a mis les Parisiens sur les rails, Javier Pastore clôturant la marque à deux minutes de la fin du temps réglementaire (2-0).

La pensée du jour : Joueur clé du succès parisien, totalement intenable sur son côté droit, Jérémy Ménez s'est également fendu d'une drôle de déclaration à la pause, au micro d'Orange Sport. A la question de savoir s'il y avait faute sur le penalty, l'attaquant parisien a répondu : "peut-être pas là, mais sur l'autre action si, donc c'est justice" Quelques minutes avant l'action polémique, Ménez s'était en effet écroulé dans la surface après une intervention de Josuha Guilavogui. Cela avait eu le don de faire sortir de ses gonds Carlo Ancelotti, qui s'était expliqué en tête à tête avec Saïd Ennjimi. Ce face-à-face a-til joué dans l'esprit de l'arbitre ? La question se pose.


Florent Balmont, joueur du Losc (930x620)

© REUTERS

Le caviar : Eden Hazard sait se faire regretter. Trois jours après avoir réalisé son fameux coup du foulard face au PSG, Eden Hazard, en partance pour l'Angleterre cet été, a délivré sa 14e passe décisive sur la pelouse de Nice. Pour la réaliser, le Belge a d'abord enrhumé son vis-à-vis Kévin Gomis avec un dribble magnifique avec, une fois de plus, passage du ballon derrière son pied d'appui. Le plus beau était fait, le plus efficace allait arriver, avec un centre parfait pour la tête de Tulio de Melo, qui n'eut même pas à sauter pour tromper David Ospina. Devant au score après six minutes, le Losc n'a pas été rejoint (1-0).

Celui qui a bien mérité sa douche : Quatre jours après avoir offert la Coupe de France à l'OL, Lisandro Lopez a été l'un des principaux artisans de la victoire de l'OL face à Valenciennes, mercredi, à Gerland (4-1). L'Argentin, auteur de plusieurs gestes de grande classe, a inscrit un doublé, grâce à une reprise de volée au deuxième poteau (35e) puis après avoir dribblé Nicolas Penneteau (72e). Avec 15 buts, Lisandro s'installe à la quatrième place du classement des buteurs. Quatrième, ce devrait être également la place finale de l'OL, qui compte 9 points de retard sur Lille et le PSG, avec néanmoins un match en moins.

Lisandro Lopez (930x620)

© REUTERS

Le chant : A l'origine d'une grosse polémique entre les rivaux de Lyon et de Saint-Etienne, le chant anti-Verts entonné dimanche par certains joueurs de l'OL lors de la célébration post-Coupe de France a été repris par les supporters lyonnais, face à Valenciennes. C'était attendu.

Banderole au Vélodrome (930x620)

© REUTERS

Le tifo : Cela fait quelques mois maintenant que l'on ne parle plus de tifo au Stade Vélodrome mais plutôt de banderoles. Et celles qui avaient fleuri aux abords et dans le stade, mercredi, avant le match face à Nancy, étaient particulièrement salées. "Arrêtez de pleurer, jouez", "ridicules", "respectez-vous", "jouer c'est bien, gagner c'est mieux", "Honte à vous", "nous ne sommes pas à vendre : vous si", "Deschamps, casse toi !" "les chèvres ne sont pas qu'au Rove" (du nom d'une commune proche de Marseille, dont le lait des chèvres participe à l'élaboration de fromages), ou encore "on coule, faites jouer la CNM" (de l'ancien nom de la Méridionale, compagnie maritime assurant la liaison entre la Corse et le continent). Malgré cet environnement hostile (et désert), l'OM l'a emporté (1-0) grâce à Loïc Rémy et mis fin à une série de 13 matches et trois mois sans victoire en Ligue 1.

L'action Playstation : Parfois, il est tentant, dans les jeux vidéo comme sur le terrain, de tenter l'impossible. C'est ce qu'a fait mercredi le Caennais Thomas Heurtaux face à Lorient. Et de quelle façon ! Après avoir récupéré le ballon au milieu du terrain, l'arrière droit normand a adressé un missile dans la lucarne droite de Florent Chaigneau. Ce but permet à Caen de faire un pas vers le maintien.

La biscotte : Ou plutôt les biscottes. Puisque Lionel Jaffredo, arbitre de la rencontre AC-Ajaccio-Sochaux, a sorti deux cartons rouges pour les joueurs doubiens, sifflant également deux penalties sur les deux actions : une (petite) faute de David Sauget en position de dernier défenseur (59e) et une main de Yassine Mikari sur sa ligne (72e). Et si Teddy Richert, le portier des Lionceaux, avait détourné le premier penalty, il s'inclina sur le second, une Panenka très osée de Christian Kinkela, "à la Zidane", sous la barre... Ces deux cartons rouges coûtent cher au FCSM, bloqué à l'avant-dernière place su classement.

Les résultats :

PSG - Saint-Etienne : 2-0 (Nene sp 21e et Pastore 88e)
Nice - Lille : 0-1 (De Melo 6e)
Bordeaux - Rennes : 2-0 (Obraniak 50e et N'Guemo 56e)
Lyon - Valenciennes : 4-1 (Lisandro 35e et 72e, Cris 69e et Briand 88e pour Lyon, Cohade 38e sp pour Valenciennes)
Brest - Toulouse : 0-0
Marseille - Nancy : 1-0 (Rémy 31e)
Caen - Lorient : 1-0 (Heurtaux 66e)
AC Ajaccio - Sochaux : 2-1 (Kinkela 74e et Socrier 86e pour Ajaccio, Privat 58e pour Sochaux)

>> Le classement

*>> Retrouvez la bible d'Europe1.fr en short