Le fair-play financier mis en cause

  • A
  • A
Le fair-play financier mis en cause
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Un agent de joueurs de foot a décidé de porter plainte contre le fair-play financier.

Un agent de footballeurs a décidé de déposer une plainte mardi auprès de la Commission européenne à l'encontre de l'Union européenne de football (UEFA) et de son principe de fair-play financier. Daniel Striani, cet agent belge estime que cette mesure diminue le montant de ses revenus.

Selon maître Dupont, l'avocat de cet agent, le fair-play financier crée des restrictions en matière d'investissement, diminue le nombre de transferts et leur montant, et diminue aussi le montant des revenus des agents de joueurs notamment. "Cette règle affecte en outre le droit à la libre circulation des capitaux (des propriétaires de clubs), à la libre circulation des travailleurs (joueurs et clubs) et à la libre prestation de services (agents de joueurs)", ajoute l'avocat qui s'était rendu célèbre en défendant les intérêts de Jean-Marc Bosman, le joueur qui a donné son nom à l'arrêt libéralisant les transferts de footballeurs.

Il est contre le plafonnement des salaires

L'agent de joueurs Daniel Striani expliquait mardi au journal Le Soir que "si le but du fair-play financier est sans doute louable, ses effets sont néfastes. Je ne vois pas pourquoi on plafonnerait les salaires et pourquoi on empêcherait un investisseur de mettre de l'argent dans un club". Le fair-play financier voulu par le président de l'UEFA Michel Platini impose l'obligation d'équilibre financier aux clubs qui veulent  participer à la Ligue des champions et à l'Europa League. Ces clubs ne peuvent pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, selon l'UEFA.

"En d'autres termes, cette règle  interdit à un propriétaire de club d'injecter ses propres fonds dans son propre club afin de le faire grandir selon sa propre conception",  explique Jean-Louis Dupont pour justifier son action devant la Commission européenne. L'UEFA a réagi en rappelant que "la Commission européenne, le Parlement européen, les clubs, les Ligues et l'Union des joueurs ont apporté un support total au fair-play financier".