Foot : nuit de folie en Bosnie

  • A
  • A
Foot : nuit de folie en Bosnie
@ REUTERS
Partagez sur :

ROMAN-PHOTOS - Le pays a fêté la première qualification de la Bosnie pour un Mondial.

Cette fois, le Portugal ne se mettra pas sur son chemin. Après avoir échoué deux fois en barrages contre la Selecçao (Mondial 2010 et Euro 2012), la Bosnie a décroché mardi son billet pour sa première phase finale d'un grand tournoi international. Sous la menace de la Grèce, l'équipe entraînée par Safet Susic a obtenu la victoire nécessaire sur la pelouse de la Lituanie (1-0), grâce à un but à la 68e minute de l'ancien Parisien Vedad Ibisevic, qui fait aujourd'hui les beaux jours de Stuttgart.

Ibisevic inscrit le but victorieux de la Bosnie :

Cette première qualification pour la Coupe du monde a été fêtée comme il se doit dans les rues de Sarajevo, l'une des villes martyres de la guerre d'ex-Yougoslavie, au début des années 1990.

Sarajevo fête la qualification de la Bosnie :

Vingt ans après la guerre, le pays reste aujourd'hui en proie à de graves difficultés d'ordre géopolitique ou économique. Le taux de chômage y atteint les 28%. Mais, le temps d'une soirée, les habitants de Sarajevo ont oublié les soucis du quotidien pour fêter ce résultat historique. "Cette victoire dépasse les limites du sport, cela montre à tous les gens de bonne volonté dans ce pays qu'un meilleur avenir est possible. Les citoyens de Bosnie-Herzégovine peuvent être fiers de leur équipe", s'est réjoui le haut représentant international en Bosnie, le diplomate autrichien Valentin Inzko, à la chaîne locale FACE TV.

Les supporters s'étaient rassemblés dans les rues de Sarajevo pour suivre le match sur écran géant.

Supporters de la Bosnie (930x620)

© REUTERS

Dès la victoire en Lituanie acquise, les Bosniens ont fêté la qualification avec, pour certains, un fumigène à la main.

Supporters bosniens avec des fumis (930x620)

© REUTERS

Très tard dans la nuit, les joueurs, de retour de Lituanie, sont venus fêter la qualification avec leurs supporters.

Joueurs de la Bosnie au balcon (930x620)

© REUTERS

La star de la Bosnie, l'attaquant de Manchester City Edin Dzeko, a tenu à saluer le soutien du peuple bosnien. "Je veux remercier tous ceux qui ont fait le voyage et aussi tous nos fans qui font en ce moment la fête en Bosnie et à travers le monde", avait-il insisté au coup de sifflet final. Cinq mille supporters bosniens avaient fait le déplacement à Kaunas, excédant largement le nombre de supporters locaux. L'an prochain, certains d'entre eux seront sans doute au Brésil.

Une fête limitée aux régions musulmanes

Malgré tout, la fête s'est le plus souvent limitée à Sarajevo et aux régions peuplées de Musulmans. Les Serbes et les Croates de Bosnie ne se reconnaissent pas, ou peu, dans la sélection nationale bosnienne. Depuis la fin de la guerre, la Bosnie est divisée en deux entités, la République serbe (RS) et la Fédération croato-musulmane, unies par de faibles institutions centrales.