Coup de tête à Thiago Motta : que risque Brandao ?

  • A
  • A
Coup de tête à Thiago Motta : que risque Brandao ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

AFFAIRE - L'attaquant brésilien de Bastia pourrait être suspendu jusqu'à deux ans.

Nasser Al-Khelaïfi n'y est pas allé de main morte. Quelques minutes après le coup de tête de Brandao à Thiago Motta, samedi, dans les couloirs du Parc des Princes, le président du PSG a dit être favorable à une suspension à vie de l'attaquant brésilien de Bastia. Exagéré ? Sans nul doute. La sera-t-elle dans les faits ? Peut-être. Âgé de 34 ans, Brandao pourrait avoir disputé son dernier match chez les pros. Car la sanction prononcée à son encontre devrait être très lourde.

Thiago Motta le nez en sang (930x620)

© Capture d'écran Infosport+

De 8 matches à deux ans de suspension. Même si la scène vue samedi au Parc est rare, elle entre néanmoins dans le cadre des règlements de la Fédération française de football en tant que "brutalité et coup en dehors de la rencontre". Et la suspension à vie ne figure pas dans les textes.

La durée de la suspension de Brandao sera en fonction de la gravité de la blessure de Thiago Motta, et de l'existence ou non d'une interruption temporaire de travail (ITT). On sait depuis dimanche soir que Thiago Motta souffre d'une "fracture du nez non déplacée". On ignore, en revanche, s'il bénéficiera d'une ITT ou non, même si cela semble probable. S'il n'y a pas d'ITT, la suspension devrait être de 8 matches. Si elle est inférieure ou égale à 8 jours, la suspension prévue est d'un an. Si l'ITT est supérieure à 8 jours, Brandao pourrait être suspendu deux ans. Et sa carrière sans doute terminée.

Le dossier devrait être instruit dans la semaine et Brandao entendu dans le mois qui vient. Mais en attendant sa visite devant la commission de la Ligue de football professionnel, le Franco-Brésilien devrait sans aucun doute être suspendu à titre conservatoire. Il va lui falloir rôder son discours car les éléments à charge sont nombreux.

Sur les images de vidéosurveillance du Parc des Princes (le stade est doté d'un tout nouveau système vidéo en vue de l'Euro 2016, ndlr), cédées aux médias avec la bénédiction du PSG, victime dans l'affaire, on voit clairement Brandao, sorti en cours de jeu, attendre Thiago Motta dans le couloir et lui asséner un coup de tête quand l'international italien approche son visage du sien. Son geste est donc clairement prémédité. Et totalement inconscient car effectué sous le regard du quatrième arbitre (en jaune), que l'on voit clairement sur les images vidéo. Le fait que Brandao ait fui dans son vestiaire après avoir donné son coup de tête ne devrait pas arranger son cas...

Un "casier" chargé. L'ancien joueur de Saint-Etienne (2012 à 2014) va devoir également faire avec un casier chargé. Et notamment contre le PSG. En mars 2013, il s'était rendu coupable d'une semelle sur son compatriote Thiago Silva, qui n'a visiblement pas oublié. Et, la saison dernière, c'est un coup de coude adressé à Yohan Cabaye qui lui avait valu quatre matches de suspension (photo). De l'avis de beaucoup de joueurs, Brandao est un joueur dur, qui n'hésite pas à "mettre le coude" dans les duels. Et parfois aussi la tête, donc.

Brandao face à Cabaye (930x620)

© REUTERS

Thiago Motta et Itay Shechter (930x620)

© REUTERS

Thiago Motta le provocateur. Lors de sa défense, Brandao devra s'expliquer sur les raisons de son geste. Sur le terrain, il y a eu une altercation entre le Brésilien et Thiago Motta après une faute du Parisien sur Floyd Ayité qui lui a valu un carton jaune. Que lui a dit Thiago Motta ? Interrogé par RMC, le Bastiais Julian Palmieri a indiqué que Thiago Motta avait passé son match à insulter les adversaires de "fils de p...". Personne ne sera surpris. Habitué aux insultes et aux mesquineries en tous genres sur le terrain, voire aux gestes violents - rappelez-vous Nantes-PSG la saison dernière, en demi-finales de la Coupe de la Ligue - Thiago Motta a sans doute fait sortir Brandao de ses gonds, par un geste ou une insulte. A défaut d'excuses, cela pourrait fournir une explication au geste du Brésilien et lui permettre d'envisager - envisager seulement - une peine plus réduite que celle à laquelle il est promis, soit un ou deux ans de suspension, Thiago Motta devant logiquement bénéficier d'une ITT.

Cinq mois pour Cichero en 2011. Plus que le cas de Zinédine Zidane, qui avait donné un coup de tête à Marco Materazzi lors de la finale de la Coupe du monde 2006 face à l'Italie (1-1, 5-3 aux tab), l'affaire ressemble beaucoup au Bastia-Lens d'octobre 2011. Le défenseur lensois Gabriel Cichero, qui avait donné un coup de tête à un dirigeant corse, avait écopé de dix mois de suspension, dont cinq mois ferme. Il avait ensuite été sanctionné de cinq mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Bastia.

>> LIRE AUSSI : Le SC Bastia condamne le coup de tête de Brandao

En plus de la justice sportive, l'attaquant brésilien pourrait avoir à affronter la justice civile. En effet, si le PSG a finalement décidé de ne pas porter plainte contre Brandao, la police s'apprêterait à ouvrir une enquête, selon le quotidien L'Equipe. Depuis son arrivée en France en 2009, Brandao a déjà eu affaire à la justice. Accusée de viol par une jeune femme d'Aix-en-Provence en mars 2011, celui qui portait alors les couleurs de l'OM avait bénéficié d'un non-lieu en septembre 2012.