Chelsea accuse un arbitre de racisme

  • A
  • A
Chelsea accuse un arbitre de racisme
@ REUTERS
Partagez sur :

PREMIER LEAGUE - Battu par MU (3-2), Chelsea était remonté contre le comportement de l'arbitre.

L'affaire Terry-Ferdinand à peine close, le football anglais est peut-être en passe de s'offrir un nouveau scandale autour d'une insulte raciste. Dimanche soir, quelques heures après avoir concédé sa première défaite de la saison dans le championnat d'Angleterre, à domicile, face à Manchester United (3-2), Chelsea a en effet décidé de porter plainte contre l'arbitre de la rencontre, Mark Clattenburg.

"Nous avons déposé une plainte auprès du délégué du match concernant le langage incorrect utilisé par l'arbitre à l'endroit de deux de nos joueurs lors de deux incidents distincts", a expliqué le porte-parole du club londonien. "Le délégué du match transmettra la plainte à la Fédération. Nous ne ferons pas d'autres commentaires." La presse anglaise, et notamment le quotidien The Guardian, indique que les accusations de Chelsea portent, au moins en partie, sur un langage raciste. L'un des deux joueurs concernés par ces incidents serait le milieu nigérian des Blues, Obi Mikel, tandis que l'autre pourrait être l'attaquant espagnol Juan Mata. Lundi après-midi, la Fédération anglaise a annoncé avoir ouvert une enquête.

Deux cartons rouges, un but hors-jeu

Carton rouge contre Ivanovic (930x620)

© REUTERS

Avant de faire l'objet de cette enquête, M. Clattenburg a été la cible des critiques de l'entraîneur des Blues, Roberto di Matteo. Car le match a été riche en buts mais aussi (et surtout) en polémiques sur l'arbitrage. "Les décisions clés qui ont influencé le cours du match sont l'exclusion de Torres et le 3e but qui est hors jeu", s'est irrité l'Italien Roberto di Matteo, entraîneur des Blues, qui ont disputé les 25 dernières mintes à neuf contre onze.

Si l'exclusion du défenseur serbe Branislav Ivanovic (photo) peu après l'heure de jeu se justifie en raison de sa faute sur Ashley Young en position de dernier défenseur, celle de Fernando Torres, à peine plus de cinq minutes plus tard, pose davantage de questions.

"Pour Torres, il met le ballon entre les jambes de Evans qui le tacle sur le tibia", explique Di Matteo. "C'est une faute pour nous et peut-être même un carton rouge pour Evans car Torres part au but." Evidemment, le point de vue sur l'auteur de la "faute" n'est pas tout à fait le même du côté de Sir Alex Ferguson, le coach de Manchester. "Pour l'exclusion de Torres, Jonny (Evans) l'a touché un peu mais il n'avait pas a tomber. Il aurait pu continuer et marquer. Il avait déjà été averti donc c'est de sa faute." Les images sont moins évidentes...

Torres est exclu pour simulation :

En double infériorité numérique, Chelsea n'a résisté que six minutes, le Mexicain Javier Hernandez offrant le but de la victoire à MU à la 75e minute. Un but... hors-jeu. Car, au moment du centre-tir du Brésilien Rafael, "el Chicharito" se trouve bien en position illégale.

Hernandez marque le but de la victoire :

Défaite amère ou réflexions peu amènes, qu'est-ce qui a d'abord motivé Chelsea dans sa plainte ? C'est ce que l'enquête devra démontrer, sans les enregistrements audio de l'arbitre, qui disposait pourtant d'un micro tout au long de la partie. Cette affaire rappelle l'épisode Kamel Chafni, qui, en décembre 2011, avait accusé un arbitre assistant de lui avoir dit "Dégage, l'Arabe !" lors du match Brest-Auxerre. Un mois plus tard, l'affaire avait abouti à un jugement de Salomon. Pas sûr que cette affaire Chelsea-Manchester ne soit réglée aussi rapidement...