Chant anti-Verts : l'ASSE porte plainte

  • A
  • A
Chant anti-Verts : l'ASSE porte plainte
@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

VIDEO - L'ASSE veut que soient jugées ces "insultes ignobles, pénalement répréhensibles".

Dimanche après-midi, l'OL a célébré avec ses supporters sa victoire en finale de la Coupe de France face à l'US Quevilly. Et, visiblement, ce premier titre en quatre ans a légèrement grisé les Lyonnais. Le président, Jean-Michel Aulas, a lancé au public réuni devant l'hôtel de ville de Lyon : "demain, nous serons champions d'Europe ! Parce que nous sommes les meilleurs et parce que nous voulons l'être". Dire ça l'année où le club a été piteusement sorti en huitièmes de finale de la Ligue des champions par l'Apoel Nicosie, c'est osé.

Mais le boss de l'OL n'a pas été le seul à être emporté par ses émotions. Dans une vidéo mise en ligne sur le portail YouTube, on voit plusieurs joueurs de l'OL (Jimmy Briand, Alexandre Lacazette, Cris, Samuel Umtiti, Maxime Gonalons, Clément Grenier, Gueida Fofana et Anthony Lopes) entonner un chant anti-stéphanois depuis le balcon de l'hôtel de ville, sur l'air du "Emmenez-moi" de Charles Aznavour : "Emmenez-moi à Geoffroy-Guichard, emmenez-moi au pays des bâtards, il me semble que la misère serait de supporter les Verts". Cris conclus par un "Bravo !".

Les joueurs lyonnais chantent à l'hôtel de ville :

Ce dérapage a suscité un tollé du côté du club stéphanois, qui a décidé mardi de porter l'affaire devant la justice. "L'AS Saint-Etienne ne peut accepter que ses joueurs, dirigeants, supporters, partenaires ou élus, qui fréquentent le stade mythique Geoffroy-Guichard, soient traités de 'bâtards' par des footballeurs professionnels de l'OL, quels que soient l'événement et l'environnement. Devant ces insultes ignobles, pénalement répréhensibles, le club a décidé de déposer plainte auprès du procureur de la République", explique le club dans un communiqué.

"Intolérable" pour l'ASSE"

Toujours dans ce communiqué, les dirigeants stéphanois estiment qu'"il est intolérable que des joueurs de l'OL entonnent ensemble un chant injurieux à l'égard de l'ASSE depuis le balcon de l'Hôtel de Ville de Lyon, lors d'une cérémonie organisée en présence d'élus".

Lundi, Bernard Caïazzo, le co-président du club de Saint-Etienne avait fait part de sa "consternation" sur la chaîne Infosport+. "Je pense que le rôle des joueurs, et des dirigeants d'ailleurs, c'est de se respecter et de ne pas tomber dans les travers qui peuvent entraîner des débordements chez les supporters". Le gardien remplaçant et joueur emblématique des Verts, Jérémie Janot, a également réagi sur le site de micro-blogging Twitter.



"Si, par malheur, il y a des débordements et des blessés au prochain derby, ils en seront grandement responsables. Ils ont attisé la haine", a écrit Janot.

L'OL minimise l'incident

L'OL a publié mardi midi un communiqué dans lequel il parle de "malencontreuse initiative" : "l'Olympique Lyonnais prend connaissance, avec peine, de la réaction du Président de l’AS Saint-Etienne à la suite de la reprise dimanche, pendant quelques instants et par quelques joueurs, d’un couplet de supporters que l’OL n’a naturellement pas inspiré, pas plus que l’OL n’a écrit la moindre ligne de ce couplet. Si un ami stéphanois a pu se trouver blessé par cette malencontreuse initiative, l’Olympique Lyonnais tient à lui exprimer ses sincères regrets."

Passées ces deux premières phrases de regret, le club lyonnais minimise l'incident et se permet même au détour de certaines expressions d'égratigner le voisin. "L’OL se permet toutefois de rappeler que si la colère provoque parfois de vrais dérapages incontrôlés – les dirigeants de Saint Etienne le savent – la joie elle-même de la victoire peut inspirer un enthousiasme excessif. Qui mieux qu’un stéphanois ayant vécu un passé glorieux, fêté sans considération pour le voisin lyonnais alors en souffrance sportive, peut le comprendre. Et qui mieux qu’un joueur qui en entend souvent sur le terrain des vertes et des pas mûres peut apprécier une licence exceptionnelle provoquée par la conquête d’un nouveau titre au milieu de la liesse populaire."

Des joueurs de l'OL suspendus ?

Cet épisode rappelle celui de Taye Taiwo. Après le succès de l'OM aux dépens de Montpellier en finale de la Coupe de la Ligue la saison dernière, le défenseur nigérian avait pris le micro face au virage marseillais du Stade de France et avait repris un air anti-parisien ("les Marsellais montent à Paris pour enc... le PSG"). Cela lui avait couté un match de suspension et 20.000 euros d'amende. Mardi, la Fédération française de football (FFF) s'est contentée d'un communiqué laconique dans lequel elle indique que le Conseil national de l'éthique se saisira "des propos injurieux tenus en public par des joueurs de l'Olympique lyonnais, à l'encontre des supporters stéphanois".

L'ASSE, de son côté, "a également demandé au président de la Ligue de Football Professionnel, Frédéric Thiriez, de saisir le conseil d'administration de la LFP afin qu'une enquête soit diligentée dans les plus brefs délais".