Cavani, la "Cava"strophe

  • A
  • A
Cavani, la "Cava"strophe
@ REUTERS
Partagez sur :

DÉCEPTION - L'homme qui valait 64 millions a été bien maladroit lors du match retour à Chelsea.

Mardi 1er avril, dans les colonnes de L'Equipe, Edinson Cavani fait part de son mal-être quand il évolue sur l'aile droite de l'attaque parisienne, lui l'avant-centre patenté. Le tout à la veille de la réception de Chelsea en quarts de finale aller de la Ligue des champions. Et ce n'était pas un poisson d'avril. Une semaine après la publication de ces déclarations pas chic et un peu choc, l'Uruguayen avait l'occasion mardi, lors du match retour à Stamford Bridge, de prouver sa valeur à la pointe de l'attaque du PSG, en raison de l'absence de Zlatan Ibrahimovic, blessé et forfait. Et ça ne l'a pas fait du tout.

Cavani, carton jaune (930x620)

Un placement aléatoire, un carton jaune stupide. En l'absence d'Ibrahimovic, Cavani était censé donner de la profondeur au jeu parisien, avec deux ailiers, Lucas et Lavezzi, capable de lui fournir de bons ballons. Las ! L'attaquant de la Céleste, déjà bien discret samedi après-midi contre Reims, malgré un but, a souvent déserté la pointe pour venir chercher les ballons plus bas. Comme d'habitude, il n'a pas rechigné quand il a fallu faire des efforts - il est même le joueur qui a le plus couru en première mi-temps ! - mais il a manqué de justesse dans ses choix offensifs. Gênant.

Les zones de jeu de Cavani en première mi-temps :



Son coup franc de la 25e minute a terminé dans le mur et il s'est bêtement fait avertir pour s'être mis devant David Luiz. Ce carton jaune, qui traduisait une irritation déjà perceptible à l'aller - les deux joueurs s'étaient chauffés le long de la touche, avec un premier jaune à la clé -, était synonyme d'absence lors d'une éventuelle demi-finale aller. Mais cette demi-finale, le PSG ne la verra pas. Et l'inefficacité de Cavani en deuxième période y est pour quelque chose.

Le raté de la 77e minute. Les occasions qu'il n'avait pas eues en première période sont venues après le repos. Il y a d'abord eu cette tête, non cadrée, au premier poteau (58e) puis une frappe en première intention passée de peu à côté (72e). Moins de cinq minutes plus tard, "Cava" eut ce qui ressemble à une balle de match. Parfaitement trouvé aux abords de la surface par Javier Pastore, l'uruguayen manqua le cadre sur une frappe du pied gauche trop enlevée (77e).

Cavani manque une grosse occasion à la 77e minute :



Cavani face contre terre (930x620)

© REUTERS

Quatre tirs et quatre tirs non cadrés... La chance du PSG était passée et Cavani parut émoussé en fin de match, où c'est davantage... Alex, défenseur central, qui occupa le front de l'attaque à la recherche du but de la qualification. "Comme à l'aller, il a manqué quelques centimètres pour que je concrétise l'une de mes occasions. C'est la vie", a reconnu Cavani dans des propos rapportés par L'Equipe. A l'aller, au Parc des Princes, Cavani n'avait pas davantage brillé, à l'exception d'une frappe enroulée dans le final qui avait frôlé le montant gauche. A côté, toujours. Ironie de l'histoire de mardi soir, Cavani avait déjà connu pareille mésaventure avec son ancien club de Naples. Il y a deux ans, il avait été éliminé de la Ligue des champions par Chelsea après avoir remporté le match aller 3-1.

Un avenir à Paris ? Lors de cette double confrontation face aux Blues, Cavani a semblé payer le coup de moins bien qu'il a connu cet hiver, avec notamment une blessure aux ischio-jambiers qui lui avait fait manquer le huitième de finale de Ligue des champions face au Bayer Leverkusen. Malgré un but contre Marseille, pour son retour le 2 mars, l'Uruguayen a tardé depuis à retrouver ses sensations.

Sa première saison parisienne, bonne sur le plan statistiques (22 buts en 36 matches toutes compétitions confondues), devrait souffrir de ces ratés face à Chelsea mais également de ces deux étonnants voyages en Uruguay pour régler son divorce, dont un s'est effectué juste avant le choc face à Lille, le 22 décembre (2-2).

>> La photo ci-dessous a été prise au centre d'entraînement du PSG le 1er avril, jour de la publication dans L'Equipe de l'interview de Cavani. Le président du PSG, Nasser al-Khelaïfi, semble recadrer l'Uruguayen. Semble seulement ?

Cavani avec Nasser (930x620)

© REUTERS

Recruté à prix d'or (64 millions d'euros !) pour être le buteur-tueur qui avait manqué au PSG l'an dernier face au Barça, Cavani n'aura finalement pas été celui-là. Pas cette saison en tout cas. Mais l'Uruguayen, pisté par Manchester United et... Chelsea, sera-t-il encore au PSG la saison prochaine ? Ce n'est pas une certitude aujourd'hui. Sa sortie dans L'Equipe, assortie de sa mauvaise performance de mardi soir, pourrait jouer contre lui dans les semaines qui viennent.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

REVUE DE PRESSE  - "Quelle leçon" pour le PSG !

DÉSILLUSION - Le PSG a eu tout faux

LE THERMOMÈTRE - Le PSG sort la tête basse