Foot-Manchester United : José Mourinho a-t-il perdu son "mojo" ?

  • A
  • A
Foot-Manchester United : José Mourinho a-t-il perdu son "mojo" ?
José Mourinho s'irrite d'à peu près tout ces derniers temps…@ STRINGER/AFP
Partagez sur :

Les Red Devils ont enregistré leur cinquième défaite de la saison, jeudi, sur la pelouse de Fenerbahçe. Son célèbre coach semble démuni.

Entraîner Manchester United était son rêve, mais l'expérience est gentiment en train de tourner au cauchemar. Jeudi, sur le terrain de Fenerbahçe en Ligue Europa, José Mourinho a connu sa cinquième défaite en tant qu'entraîneur sur le banc des Red Devils, soit déjà plus que lors de ses meilleures saisons à Porto, au Real Madrid ou à Chelsea. Après un mois d'août réussi, avec quatre victoires en quatre matches, les Mancuniens déçoivent, avec des matches nuls contre Stoke ou Burnley à domicile et une défaite humiliante à Chelsea le 23 octobre dernier (4-0). Pire, après trois mois de compétition, aucune identité de jeu ne se dégage de cette équipe, pourtant largement renforcée à l'intersaison, avec les arrivées de Zlatan Ibrahimovic, Paul Pogba, Éric Bailly ou Henrikh Mkhitaryan, et 200 millions d'euros dépensés sur le marché des transferts.

Un discours qui passe mal ? Les explications du technicien portugais à l'issue de ces contre-performances varient. Après la débâcle à Chelsea, il avait appelé ses joueurs à "être des hommes". Jeudi, après la défaite en Turquie, il a reconnu que son discours d'avant-match n'était pas passé. "Je suis d'autant plus déçu que j'ai une grosse expérience face aux équipes turques", a-t-il confié, toujours aussi prompt à mettre en avant les qualités de son CV. "J'ai fait passer le message à tous mes joueurs, jouer contre eux à la maison est facile (Manchester avait gagné le match aller, il y a deux semaines, sur le score de 4-1, ndlr) mais quand on les joue en Turquie, c'est totalement différent."

La semaine dernière, s'exprimant sur Pogba, recruté à prix d'or et qui, blessé, a dû sortir du terrain jeudi soir, il avait expliqué que "le problème" (de son rendement décevant) n'était "pas son positionnement" sur le terrain ni "le système tactique", mais l'apprentissage du football anglais. Soit.

Suspendu à Swansea. Mais la cible privilégiée de Mourinho demeure les arbitres. Celui de jeudi soir a ainsi eu droit à sa petite critique ("Tout ce que je sais est que les deux premières fautes (sur des joueurs de Fenerbahçe) ont été sanctionnées par deux cartons jaunes alors que la faute sur Pogba, qui l'a sorti du match, n'a pas donné lieu à un carton jaune"), comme beaucoup d'autres avant lui. Accusé de "mauvais comportement" par la Fédération anglaise lors du match nul contre Burnley le week-end dernier, "Mou" sera d'ailleurs privé de banc pour le déplacement de son équipe à Swansea, en championnat, dimanche. Deux semaines plus tôt, il avait déjà tenu des propos peu amènes envers l'arbitre de la rencontre face à Liverpool, mettant en doute sa probité, récoltant au passage 50.000 livres d'amende (55.000 euros). Avec un tel "modèle", comment voulez-vous qu'Ibrahimovic reste calme sur un terrain ?

"Désastre" personnel. Si les critiques de Mourinho envers les arbitres ont toujours existé, leur systématisme semble néanmoins traduire un manque de sérénité. Mourinho lui-même en a presque convenu la semaine dernière, quand il a expliqué dans un entretien à Sky Sport qu'il n'était pas très heureux dans sa vie quotidienne, en raison notamment de l'omniprésence de… paparazzi.

"Pour moi, c'est un désastre, parce que j'aimerais bien parfois me promener, mais je ne peux pas. Je veux juste traverser le pont et aller au restaurant. Mais je ne peux pas et c'est vraiment triste", s'est-il plaint. "Mais j'ai mes applications, et je peux me faire livrer des repas." Plus sérieusement, le technicien portugais a reconnu vivre assez difficilement sa vie en solitaire à Manchester, alors que sa femme et ses enfants vivent toujours à Londres.

Les critiques des anciens. Le style de Mourinho, le sien comme celui qu'il essaie de donner à son équipe, ne plaît pas à tout le monde, et notamment à certains glorieux anciens. Interpellé sur la situation de United sur son compte Twitter, l'ancien défenseur des Red Devils, Gary Neville, a simplement dit qu'il n'avait rien à dire sur le sujet. Ce qui, paradoxalement, veut tout dire.

Légende du club mancunien, Paul Scholes a lui été plus clair. Animateur d'un plateau autour de la rencontre jeudi soir, le journaliste Jake Humphrey a publié sur son compte Twitter une photo de la feuille de match qu'a eue entre ses mains l'ancien milieu de terrain de MU. Outre quelques gribouillages (de frustration), on note qu'il a purement et simplement rayé le nom de Mourinho.

Un mois de novembre déjà crucial. Scholes pense d'ailleurs qu'en championnat, United ne sera pas capable de lutter pour autre chose que la 4ème place. Si l'on ne peut pas totalement écarter l'hypothèse d'une certaine aigreur de la part de Scholes (il a fait partie du staff du club), force est de constater aujourd'hui que Manchester United ne pointe seulement qu'à la 8ème place de Premier League (à 8 points des trois premiers) et qu'il n'est que 3ème de son groupe en Ligue Europa. Le mois de novembre, avec quatre matches à domicile de suite et notamment la réception d'Arsenal le 19, semble déjà crucial pour "Mou" s'il veut prouver qu'il n'a pas totalement perdu son "mojo".