Euro 2016 : les Diables Rouges sans pitié pour la Hongrie !

  • A
  • A
Euro 2016 : les Diables Rouges sans pitié pour la Hongrie !
Hazard, le Diable est sorti de sa boîte.@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

La Belgique s'est qualifiée pour les quarts de finale grâce à sa large victoire contre la Hongrie (4-0), dimanche soir. Le score est sévère pour les Hongrois, qui n'ont jamais abandonné dans ce superbe match. 

LE "TOP LIVE"

Quand la Belgique exploite tout son potentiel, ça peut faire très, très mal. Les Belges ont étrillé la Hongrie (4-0), dimanche soir en huitièmes de finale de l'Euro. Emmenés par un énorme Eden Hazard, les Diables Rouges ont puni des Hongrois courageux mais pas assez réalistes, au terme d'un très bon match. La Belgique rencontrera le pays de Galles en quarts de finale. Revivez notre Top Lab (subjectif, évidemment), un classement non chronologique de nos moments forts du match.

Le tableau d’affichage

HONGRIE 0 – 4 BELGIQUE

  • Buts d'Alderweireld à la 10e, de Batshuayi à la 78e, d'Hazard à la 80e et de Carrasco à la 91e

>> Revivez le direct commenté classique ici, pour le live façon Lab Euro, c’est en dessous

1. Un Hazard diabolique ! Si la Belgique a remporté un magnifique succès, elle le doit en grande partie à Eden Hazard. Si souvent décevant cette année, la star belge a réalisé un match monstrueux. En trois minutes, il a assuré à lui tout seul la victoire de sa sélection. D'abord d'une passe décisive pour Batshuayi (78e), l'attaquant de l'OM, entré en jeu peu à peine deux minutes plus tôt: 



Puis il a inscrit le but du 3 à 0 (80e), sur une action de grande, grande classe : 



S'il ne s'est pas montré décisif sur le quatrième but, signé Carrasco dans le temps additionnel (91e), Hazard a bien été le grand bonhomme de ce match. Avec un Eden à ce niveau-là, la Belgique peut viser le paradis. 

2. La Belgique a frappé d'entrée. Les Belges avaient parfaitement entamé la rencontre. Dès la 10e minute, les Diables Rouges ont ouvert le score, sur une tête de Toby Alderweireld, après un coup-franc magnifiquement tiré par Kevin De Bruyne.   



3. Et pourtant, Kiraly était chaud. La Belgique aurait pu se mettre à l'abri bien plus tôt, mais Kiraly, le gardien hongrois, a multiplié les parades de grande classe. Par deux fois, il s'est interposé face à De Bruyne (15e et 35e), dont une claquette sublime sur sa transversale. Puis le gardien au pantalon a remporté un duel face à Mertens, peu avant la mi-temps (42e). 



Rebelote dès le début de la deuxième période, avec une nouvelle parade de grande classe sur une frappe d'Eden Hazard (46e). Mais ça n'a pas suffi.



4. La Hongrie n'a jamais abandonné. Mais ce 4 à 0 ne reflète pas la physionomie du match. Car si la Hongrie a craqué en fin de match, elle a fait mieux que résister jusqu'au dernier quart d'heure. En première période, elle a même failli égaliser par deux fois. La frappe de Lovencrics a frôlé la barre transversale (40e), puis un tir de Dzsudzsak est passé de peu à côté du poteau de Courtois une minute plus tard (41e).

En deuxième période, les Hongrois ont encore poussé. La tête de Szalai est passée tout près des buts (54e), puis Courtois a magnifiquement claqué un tir de Pinter (66e). La chance hongroise était passée. 



5. La régalade. Après un samedi soir bien pourri (Croatie-Portugal, n'est-ce pas), on s'est régalé devant ce Hongrie-Belgique. Des occasions à gogo, des buts, du rythme, pas le moindre temps mort, les amateurs de foot ont apprécié. Sans aucun doute le meilleur huitième de finale jusqu'ici. En attendant l'énorme choc Italie-Espagne, lundi.