Euro 2016 : "Oh, oh, Oranje !", la déception de la presse néerlandaise

  • A
  • A
Euro 2016 : "Oh, oh, Oranje !", la déception de la presse néerlandaise
La presse néerlandaise n'est pas tendre avec sa sélection, mercredi matin.@ Montage De Telegraaf/Metro
Partagez sur :

REVUE DE PRESSE - Quatrièmes de leur groupe de qualifications, les Pays-Bas ne participeront pas à l'Euro 2016, en France.

"L'Europe entière rit de nous. Nous sommes les clowns du continent." Voilà ce qu'écrivait mardi matin le quotidien néerlandais Algemeen Dagblad, avant même le dernier match des Pays-Bas dans les qualifications à l'Euro 2016. C'était donc avant une ultime (et cinquième !) défaite en dix matches (3-2), concédée à domicile contre la République tchèque, pourtant déjà qualifiée et en infériorité numérique pendant plus d'une mi-temps ! C'était attendu depuis leur revers en Turquie, le mois dernier, mais c'est désormais acté : les Pays-Bas ne participeront pas à l'Euro 2016.

Une première depuis 1984, en France, déjà. "Honteux", "pathétique", "déconvenue" : malgré une actualité riche par ailleurs (avec notamment le rapport sur le MH17, qui avait causé la mort de 193 citoyens néerlandais en juillet 2014, ou le témoignage de la mannequin batave Yfke Strum, sortie du coma le mois dernier), les quotidiens néerlandais n'ont évidemment pas manqué de mettre en exergue une déroute historique pour le football néerlandais. Les Pays-Bas, troisième du dernier Mondial au Brésil, n'avaient pas manqué une phase finale d'Euro depuis 1984. A l'époque, la phase finale ne rassemblait que huit équipes. En 2016, elles seront 24, ce qui rend la contre-performance d'autant plus "remarquable"...

"Equipe de bas étage." "Quelle déconvenue !", résume le quotidien populaire De Telegraaf, qui met à sa Une une photo du capitaine Wesley Sneijder, la tête basse et couvrant son visage de la main gauche, avec cette réflexion : "Oh, oh, Oranje !". "En quinze mois, l'équipe qui a terminé troisième du dernier mondial s'est transformée en une désespérante équipe désorganisée de bas étage", soutient de son côté le quotidien populaire Algemeen Dagblad (AD). "Les chiffres après dix rencontres de qualification sont incroyablement pathétiques, à un point tel qu'on aurait à peine été en mesure de les imaginer." Dans un groupe relativement aisé, avec l'Islande, la République tchèque, la Turquie, la Lettonie et le Kazakhstan, les Pays-Bas n'ont compilé que 13 points et n'auront réussi à s'imposer que contre les deux dernières équipes citées. Le reste, une misère : cinq défaites et un nul.

Le quotidien de centre gauche Volkskrant tente d'analyser l'échec et évoque le changement de génération, le manque d'impact des joueurs supposés "clés", les entames de match désastreuses du onze néerlandais, les mauvais choix de la fédération ou encore la malchance. Le quotidien Metro met à sa Une le visage du sélectionneur, Danny Blind, avec cette interrogation : "Que faire maintenant ?".

L'AD va même jusqu'à douter des chances de qualification pour la prochaine grande échéance, le Mondial 2018, évoquant le niveau du groupe dont a hérité les Pays-Bas. Le groupe des Oranje pour le Mondial 2018 est effectivement bien plus relevé que celui dont elle n'est pas sortie cette année, avec notamment les présences de la France et de la Suède. Et là, seul le premier du groupe se qualifiera, le deuxième allant en barrage. Cette année, les Pays-Bas n'ont terminé que 4es de leur groupe.