Euro 2016 : dans la tête du sélectionneur, avec Raymond Domenech

  • A
  • A
Euro 2016 : dans la tête du sélectionneur, avec Raymond Domenech
Un micro, un survêtement (ou un costume), et c'est parti : il est temps d'annoncer la liste. @ AFP
Partagez sur :

A la veille de l'annonce des 23 Bleus de Didier Deschamps, Raymond Domenech nous raconte comment il s'y prenait pour constituer sa liste. 

Jeudi soir, la parole de "DD" va être scrutée par (presque) toute la France. Mais comment le sélectionneur, commandant du bateau tricolore, choisit-il son équipage ? La parole est à notre consultant Raymond Domenech.

  • Ce moment où il faut s'y mettre.

Pas question de s'y mettre au dernier moment, "c'est un travail de longue haleine. On suit depuis des mois et des mois. On regarde trois-quatre matches par week-end ou encore les matches de Ligue des champions en semaine", raconte Raymond Domenech.

Puis, dans les jours qui précédent l'annonce, l'entraîneur part à la pêche aux dernières informations pour affiner sa liste. "A la fin, on suit pour voir qu'il n'y pas de blessés. On attend le dernier moment, le dernier match pour avoir toutes les informations des entraîneurs pour vérifier que tous les joueurs sont valides". Hors de question, donc, de remettre en cause la formation de la liste au dernier moment. "Tous ceux dont on débat sont ceux qui ne joueront pas. On ne discute pas pour savoir si Griezmann sera dans la liste".

  • Ce moment où on est content d'être plusieurs.

Mais pour suivre les performances des joueurs tricolores, disséminés un peu partout dans toute l'Europe (et dans le monde, cf "Dédé" Gignac), le sélectionneur n'est heureusement pas seul. "J'essayais de faire participer tous les membres concernés. Il faut se déplacer, et on envoie aussi d'autres membres du staff regarder des rencontres pour avoir un autre regard. C'est bien d'avoir quelqu'un qui voit autrement, pour recouper les informations".  

Mais après avoir écouté toute son équipe, le sélectionneur doit assumer son rôle de chef et trancher. Avec quelques adjoints, tout de même. "Il y avait deux étapes : l'étape de construction avec tout le monde et tout le groupe. Puis ça se réduit, on reste avec les deux-trois adjoints et on finalise la liste", se rappelle notre consultant.

  • Ce moment où on n'écoute pas les 65 millions de sélectionneurs.

Avouons-le, nous avons tous joué au sélectionneur ces dernières semaines (comme Hatem Ben Arfa pour l'auteur de ces lignes). Mais Deschamps peut-il être influencé par les 65 millions de sélectionneurs du pays ? Raymond Domenech est catégorique : la réponse est non.

"Il n'y a pas d'influences extérieures. Les médias et les réseaux sociaux ne nous feront pas prendre un joueur. Si j'avais dû à chaque fois écouter la mode du moment, j'aurais pris 250 joueurs. Surtout les attaquants, il suffit qu'ils aient marqué deux buts. Donc on coupe avec tout ça,  il vaut mieux fermer tout, et se dire que le sélectionneur et le staff élargi décident", tranche l'ancien entraîneur des Bleus.

  • Ce moment où il faut y aller.

Après avoir pesé les pour et les contre, les bons et les moins bons, l'heure  est venue pour le sélectionneur d'annoncer sa liste des 23. Et là, pas le choix : c'est un homme seul qui couche les noms sur les papiers. "La dernière étape, on est tout seul et on écrit la liste, puis on la donne au secrétaire pour qu'il la donne aux radios, aux télévisions et à la presse."

Passée cette étape (un peu) littéraire, le sélectionneur doit ensuite affronter les caméras. On pourrait penser qu'une telle intervention se prépare, qu'elle nécessite un minimum d'entraînement. Et bien pas du tout. "Je ne me suis jamais entraîné à l'annoncer. Mais chacun sa méthode : moi je ne donnais pas les noms, on mettait les images et je disais de regarder. Didier, lui, préfère prononcer tous les noms".

  • Voilà comment on imagine la journée de Didier Deschamps jeudi : 

giphy