Dix atouts dans les manches françaises

  • A
  • A
Dix atouts dans les manches françaises
@ REUTERS
Partagez sur :

COUPE DU MONDE - Avant le choc France-Angleterre, Europe1.fr a listé dix atouts des Bleus.

Samedi, le XV de France défie l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde de rugby. Europe1.fr a décidé de faire fi de la sinistrose ambiante en listant dix atouts, plus ou moins forts et plus ou moins sérieux, dont les Bleus disposent pour l'emporter.

Jonny Wilkinson, 930

© REUTERS

L'Angleterre ne joue pas bien. Ceux qui critiquent les Bleus n'ont pas dû regarder le XV de la Rose. Certes, les Anglais ont gagné leurs quatre matches. Mais quelle manque de manière(s) ! Face à l'Argentine puis à l'Ecosse, les joueurs de Martin Johnson ont dû s'employer pour l'emporter de quatre petits points. Et face aux Bleus écossais, les Blancs ont livré une bien pâle copie, avec peu d'ambitions à la main et beaucoup de déchet au pied, avec un Jonny Wilkinson maladroit. Pas de quoi faire peur. 

La France ne peut pas jouer plus mal. La France a perdu le week-end dernier contre la 13e nation mondiale, les Tonga (19-14) après en avoir pris 20 contre les All Blacks dans un match, quoi qu'on en dise, à sens unique pendant 70 minutes (37-17). Alors, le XV de France peut-il tomber plus bas ? La réponse est non et l'orgueil, la réaction, la mobilisation maintes fois réclamés par le sélectionneur Marc Lièvremont va cette fois transcender l'ensemble du groupe, qui va rebondir. Un rebond favorable, hein.

Harinordoquy et Mas sont titulaires. La France a perdu contre les Tonga, samedi dernier, une déconvenue historique contre une "petite" nation du rugby. Alors, Marc Lièvremont a pris les décisions qui s'imposaient. Il a remplacé Raphaël Lakafia par Imanol Harinordoquy et Luc Ducalcon par Nicolas Mas. C'est tout ? Oui, mais ce sera peut-être déjà beaucoup.

On joue avec deux 9, ils jouent avec deux 10. Pour la troisième fois de suite, Marc Lièvremont s'entête à mettre deux demis de mêlée de métier pour former sa charnière, avec Dimitri Yachvili et Morgan Parra. Qu'à cela ne tienne, son vis-à-vis Martin Johnson a lui choisi de titulariser deux demis d'ouverture, avec Jonny Wilkinson en 10 et Toby Flood, son "remplaçant" habituel, au centre. Tout ça pour jouer davantage au pied. Les Anglais ne savent pas qu'on peut aussi jouer au rugby à la main. Il faut en profiter.

Marc Lièvremont est plus détendu. Finis les "tu m'emm... avec ta question" ou les "si ma réponse te plaît pas, tu peux partir", désormais, Marc Lièvremont, qui aborde une moustache sympa, s'amuse de ses propres lapsus, quand il dit qu'il s'agit samedi de "bien finir" la Coupe du monde, avant de se reprendre : "bien continuer plutôt". On a effectivement envie que ce ne soit pas "trop tard"...

David Douillet avec Jo Maso (930x620)

© REUTERS

David Douillet est là. L'équipe de France a commencé la compétition avec une ministre des Sports treize fois championne de France de karaté, c'est bien. Elle va la finir avec un ministre des Sports champion olympique et quintuple champion du monde de judo, c'est mieux. David Douillet, fraîchement nommé, a fait le déplacement à Auckland et était même présent à l'entraînement des Bleus, vendredi. Cependant, le ministre a été interdit de vestiaire avant le "crunch", samedi, selon Sud-Ouest. Mais il aura forcément eu le temps de transmettre un peu de son envie de réussir à des Bleus sclérosés. A défaut, il aura pu leur donner quelques conseils pour mettre au sol un adversaire.

Les Bleus ne sont pas des nains. Certains membres du XV de la Rose, dont Mike Tindall, le mari de la petite-fille de la Reine d'Angleterre, avaient fêté leur victoire initiale face à l'Argentine dans un bar de Queenstown où s'était tenu un lancer de nains. Les avants anglais Dan Cole et Steve Thompson avaient même posé à côté de ces personnes de petite taille. Face à la première ligne bleue, ils risquent d'être surpris. D'abord, Mas (1,80 m), Servat (1,84 m) et Poux (1,80 m) sont moins souriants. Et ensuite, on ne les lance pas aussi facilement.

Les Anglais ne pensent pas qu'à ça. Depuis l'humiliation subie face aux Tonga, les Bleus jurent leurs grands dieux qu'ils ne pensent qu'à ça : leur quart de finale face à l'Angleterre. Du côté anglais, on n'est pas sûr du tout que la compétition soit au centre des préoccupations de tous les joueurs. En début de Coupe du monde, James Haskell, Dylan Hartley et Chris Ashton ont ainsi harcelé sexuellement une femme de chambre, un acte répréhensible et bien malvenu lorsque l'on a des ambitions, sportives ou autres...

Supporters des Bleus contre la Nouvelle-Zélande (930x620)

© REUTERS

Les Bleus ont les meilleurs supporters. C'est la belle surprise de ce Mondial. Ce ne sont pas forcément les Verts qui ont les meilleurs supporters mais peut-être les Bleus. Déjà admirables contre les Blacks, les supporters du XV de France qui ont fait le déplacement en Nouvelle-Zélande ont donné de la voix, samedi dernier, contre les Tonga. Et pour faire ça, il en fallait du courage.

La France a gagné le dernier gros "crunch". Alors oui, les esprits chagrins peuvent toujours dire que le XV de France a perdu quatre des cinq derniers matches face à l'Angleterre, qu'il s'est incliné à chaque fois que ça comptait en Coupe du monde contre la Rose (1991, 2003 et 2007), et que la dernière confrontation, à Twickenham, lors du Tournoi des VI Nations, s'est également soldé par une défaite (17-9). Mais, à cette époque, les Bleus avaient perdu tout espoir de Grand Chelem et sortaient d'un revers en Italie. Non, le dernier "grand" France-Angleterre, les Bleus l'ont emporté (12-10). C'était le 20 mars 2010 et le XV de France avait réalisé le Grand Chelem. Des quinze joueurs titulaires lors de ce match, huit le seront encore, samedi, à l'Eden Park, à Auckland. Alors, on peut y croire.