La France a-t-elle été favorisée par l'arbitrage ?

  • A
  • A
La France a-t-elle été favorisée par l'arbitrage ?
Matruidi vient d'infliger une vilaine semelle à Onazi. Il s'en sort très bien avec seulement un carton jaune.@ REUTERS
Partagez sur :

POLÉMIQUE - A l’image de Matuidi face au Nigeria ou de Pogba face au Honduras, les Français sont souvent passés entre les gouttes.

C’est bien connu, le supporter est prompt à se plaindre de l’arbitrage. Et le supporter des Bleus n’est généralement pas en reste. Mais pour le coup, depuis le début de la Coupe du monde, il faudrait une sacrée dose de mauvaise foi pour crier au scandale côté français. Car force est de constater, et le match contre le Nigeria en a été une nouvelle démonstration, que les hommes de Didier Deschamps bénéficient dans l’ensemble de l’indulgence des maîtres du jeu.

>> L'avis de l'arbitre. "Depuis le début de la Coupe du monde, l'arbitrage est dans l'ensemble de bonne tenue, mais c'est vrai que la France est privilégiée. Au final, on passe à travers les mailles du filet", confirme Eric Castellani, ancien arbitre international, joint par Europe1.fr. "Souvent, on a le discours inverse, c’est donc étonnant d’arriver à ce constat", poursuit l'ancien homme en noir. Une explication ? "On a été arbitrés trois fois par des arbitres extérieurs à la zone Europe, qui ne connaissent donc pas forcément bien les joueurs, qui n'ont pas forcément la même lecture du jeu", avance l'ancien président du syndicat des arbitres français. "En outre, la France ne pratique pas un jeu dur, en tous cas elle n’a pas cette réputation. Et c’est en notre faveur." N'empêche. La France aurait pu, voire dû, terminer tous ses matches à dix.

>>> Europe1.fr revient avec Eric Castellani sur ces actions litigieuses qui auraient pu faire très mal aux Bleus.

• Le geste d’humeur de Pogba. Élu homme du match face au Nigeria, Paul Pogba a bien failli débuter sa Coupe du monde de la pire des manières. A la 28e minute du premier match de la France, face au Honduras, le milieu français, présenté comme la nouvelle star des Bleus, se fait certes allègrement marcher dessus par Palacios, mais il réplique d’un ciseau bien mal venu. Psychologue, l’arbitre brésilien de la rencontre, Sandro Ricci, sanctionne les deux joueurs d’un carton jaune. Pogba s’en sort très bien sur cette action. Ironie du sort, le même Palacios sera finalement expulsé pour un deuxième carton jaune après une faute sur… Paul Pogba. La France l’emportera finalement 3-0.



>> L'avis d'Eric Castellani : "C’est un jaune orangé. Chez nous, d’ailleurs, c’est plutôt un rouge direct. A partir du moment où c’est sifflé, on aurait dû en rester là. Un joueur n’a pas à se faire justice lui-même."

• Le pied haut de Giroud. Il ne l’a pas fait exprès, les images parlent d’elles-mêmes. Mais le coup de pied de Giroud au Suisse Von Bergen, lors du deuxième match des Bleus, constitue incontestablement un jeu dangereux caractérisé. Et les conséquences du geste, une fracture du plancher orbital pour le défenseur suisse, sont telles que la plus sévère des "sanctions administratives", selon l’expression consacrée, n’aurait pas été scandaleuse.



>> L'avis d'Eric Castellani : "Il n’y a pas d’intention de nuire. On est à la 9e minute de jeu, c’est le premier fait de jeu. Qu’il ne sorte pas de carton là-dessus, ça ne me choque pas. Cela dit, l’arbitre a tout loisir de changer d’avis et de sortir un carton jaune en constatant la blessure du joueur. Mais le rouge aurait été très sévère, parce qu’il n’y avait pas volonté de faire mal. C’est souvent l’intention qui compte. Un joueur qui vient pour faire mal, même s’il n’y parvient pas, peut au contraire être exclu."

Le coup de coude de Sakho... Si Pogba réagissait à une agression, si Giroud s’est montré maladroit, Sakho ne pouvait lui avancer aucune de ces deux excuses lors du match face à l’Equateur. Sur le premier corner des Bleus, le défenseur français a en effet infligé un sévère coup de coude au milieu équatorien Minda. Heureusement pour le joueur de Liverpool, l’arbitre n’a rien vu. Et la Fifa n’a pas jugé bon d’ouvrir une procédure disciplinaire qui aurait pu lui coûter cher. Reste un geste plus que limite.

L'avis d'Eric Castellani : "Là, il n’y a rien à dire. S’il est pris sur le fait, c’est rouge direct. Et je pense même que la Fifa a fait preuve de négligence. C’est un peu facile de tout mettre sur le dos des arbitres, les instances doivent prendre leur responsabilité. Car l’arbitrage d’un Mondial conditionne l’arbitrage dans le monde pour les années à venir."

• …Et celui de Giroud. Au cours du même match, Olivier Giroud aurait lui aussi très bien pu récolter un carton rouge. Marqué de (trop) près par l’Equatorien Achilier, l’attaquant des Bleus lui a adressé un coup de coude à la mâchoire. L’adversaire ne bronche pas, mais là encore, le geste est franchement répréhensible.

>> L'avis d'Eric Castellani : "C’est un geste qu’il fait volontairement, il y a une intention manifeste de faire mal. C’est à mon sens aussi grave que le coup de coude de Sakho. C’est moins flagrant, mais ça mérite tout autant le carton rouge."

• La semelle de Matuidi. Enfin, "last but not least", c’est Blaise Matuidi qui en toute logique n’aurait pas dû terminer le match face au Nigeria, lundi soir en huitième de finale. Le milieu français s’est rendu coupable d’une très vilaine semelle sur Onazi, sorti sur blessure et plâtré par la suite. L’arbitre, tout près de l’action, choisit de sortir le carton jaune. Mais comme l’a signalé l’ancien arbitre Bruno Derrien sur Twitter, le maître du jeu aurait très bien pu aggraver sa sanction en constatant la blessure d’Onazi. Il n’en a rien été. Tant mieux pour les Bleus.



>> L'avis d'Eric Castellani : "L’arbitre américain voit jaune tout de suite, alors qu'il aurait dû se hâter le plus lentement possible. S’il y a conflit, il convient de mettre un carton jaune tout de suite pour calmer le jeu. Là, ce n’était pas le cas. Il avait tout loisir de prendre sa décision après avoir jugé de la gravité de la blessure. Il sort le jaune, c’est plus qu’indulgent. Et il avait tout à fait la possibilité de changer son jaune en rouge, car le joueur nigérian est blessé grièvement."

>> Et maintenant ? Attention les Bleus ! "Les Français doivent faire plus attention à tout ça. Non pas tant que la France est désormais dans le collimateur des arbitres. Elle garde une bonne réputation. Mais les arbitres qui officieront pour les quarts de finale seront les meilleurs du monde, ils seront plus attentifs et moins indulgents. Jusque là, le regard de l’arbitre se portait sur le ballon, ce ne sera plus le cas", prévient Eric Castellani. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

COUP DE GUEULE - Le sélectionneur du Nigeria fustige l'arbitrage

LE RÉSUMÉ - Les Bleus ont joué avec nos nerfs

LA RÉACTION - Deschamps est " très fier"

L'AVIS DE - Domenech : "sur la manière, on ne peut qu'applaudir"

VIDÉO - Regardez le but de Pogba, sauveur des Bleus

VIDÉO - Le but refusé au Nigeria était-il valable ?