Cinq choses à savoir sur le match France-Nigeria

  • A
  • A
Cinq choses à savoir sur le match France-Nigeria
Didier Deschamps et les Bleus s'apprêtent à défier le Nigeria, lundi, à Brasilia.@ Reuters
Partagez sur :

STATS EXPRESS - Les Bleus vont disputer lundi au Nigeria une place en quarts de finale.

Les Bleus, les huitièmes et au-delà ? Dans l'histoire de la Coupe du monde, jamais la France n'a été éliminée en huitièmes ou en quarts de finale. Par le passé, quand les Bleus sont sortis de leur groupe (1958, 1982, 1986, 1998 et 2006), ils sont allés à chaque fois dans le dernier carré (trois demi-finales, une finale et une victoire).

Valbuena à l'entraînement (930x620)

© REUTERS

Un modèle suisse pour la France. Pour ce huitième de finale face au Nigeria, Didier Deschamps pourrait s'appuyer sur le onze qui avait débuté face à la Suisse (5-2), pour ce qui est le match référence des Bleus dans ce Mondial. Cela signifierait une association Valbuena-Benzema-Giroud en attaque. La seule petite incertitude concerne la titularisation de l'attaquant d'Arsenal mais son "rival" désigné, Antoine Griezmann, n'a pas convaincu contre l'Equateur (0-0). Et le profil athlétique de la défense nigériane semble davantage convenir à Giroud, qui a brillé dans ce domaine face aux Helvètes. En défense, Laurent Koscielny pourrait suppléer Mamadou Sakho, en délicatesse avec une cuisse.

Nigeria, une "prépa" à la Knysna. Jeudi soir, les joueurs du Nigeria ne se sont pas entraînés. Forcément, cela nous rappelle des souvenirs, à nous Français. "Les joueurs ont eu une réunion hier (jeudi), la réunion a duré très longtemps. Ils ont passé en revue ce qu'ils ont fait de bien et ce qu'il faut faire pour le reste du tournoi", a expliqué le porte-parole de la sélection nigériane, Ben Alaiya. "Je na parle pas de l'argent (...) C'est entre les joueurs et la Fédération (...) Je n'étais pas à la réunion  (...) Il se peut qu'il y ait eu quelque chose à voir avec ça (l'argent), mais il n'y aucun problème (avec l'argent), c'est pourquoi tout le monde s'entraîne (désormais)." Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, donc, pour les "Super Eagles" du sélectionneur Stephen Keshi.

Vincent Enyeama, gardien du Nigeria (930x620)

© REUTERS

Enyeama, le rempart lillois. Face à eux, les Bleus vont retrouver un gardien que certains connaissent très bien : le gardien du Losc, Vincent Enyeama. Il était déjà là, le 2 juin 2009, pour la seule et unique confrontation entre les deux sélections. Le Nigeria s'était imposé 1-0. Enyeama avait donc gardé sa cage inviolée, sa grande spécialité. Cette saison, avec le Losc, le portier des "Super Eagles" est resté 1.062 minutes sans prendre le moindre but, soit plus de onze matches. Au Brésil, il est le gardien qui a réalisé le plus d'arrêts lors du premier tour (18).

Les Bleus favoris logiques. Si l'équipe de France n'a jamais échoué en huitièmes de finale (3 victoires), c'est tout l'inverse pour les Super Eagles, qui ont été sortis à ce stade de la compétition en 1994 (Italie) puis 1998 (Danemark). Le Nigeria va tenter lundi de devenir le quatrième pays africain à accéder aux quarts de finale après le Cameroun en 1990, le Sénégal en 2002 et le Ghana en 2010.


sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

FOOTBALL DIPLOMACY - L'appel de Trierweiler à la Fifa pour #BringBackOurGirls

DÉCISIF - Valbuena, clé du match contre le Nigeria

FOCUS - Faut-il avoir peur du Nigeria ?

AFFICHES - Le programme complet des 8es de finale