Coupe de France : le PSG corrige Monaco dans une parodie de demi-finale

  • A
  • A
Coupe de France : le PSG corrige Monaco dans une parodie de demi-finale
Le PSG a facilement battu Monaco, mercredi, en demi-finales de la Coupe de France, avec un nouveau but de Cavani.@ Franck FIFE/AFP
Partagez sur :

Face aux jeunes joueurs de l'AS Monaco, le PSG s'est qualifié pour sa 14ème finale de Coupe de France.

Si l'AS Monaco n'a pas respecté la Coupe de France, le PSG, lui, a respecté son adversaire. Le club de la capitale, double tenant du trophée, a corrigé mercredi soir une équipe de Monaco composée presque exclusivement de jeunes joueurs (5-0). L'entraîneur de l'ASM, Leonardo Jardim, avait en effet décidé de laisser tous ses cadres au repos, en prévision des prochains matches à venir, en Ligue 1 et en Ligue des champions. Le PSG, déjà vainqueur de la Coupe de la Ligue au début du mois d'avril face à ces mêmes Monégasques (4-1), sera donc également au rendez-vous de la finale de la Coupe de France, le 27 mai prochain, au Stade de France, face à Angers, vainqueur mardi de Guingamp (2-0).

Une petite demi-heure de suspense. Mbappé, Falcao, Lemar, Bakayoko, Bernardo Silva… Aucune de ces stars de l'AS Monaco n'a foulé la pelouse du Parc des Princes, mercredi soir. Au lieu de ça, les spectateurs ont pu voir Diallo, N'Doram, Cardona, Andzaouana, des noms davantage habitués à occuper le banc des remplaçants, quand ils ne noircissent pas les feuilles de match du Championnat de France amateur (CFA). De l'autre côté, Unai Emery, peut-être en réaction, avait lui décidé de ne pas faire tourner du tout, alignant notamment Marco Verratti et Thiago Motta au milieu du terrain. Avant même le coup d'envoi, ce PSG-là avait donc déjà un pied en finale.

Pourtant, après quelques escarmouches signées Edinson Cavani (deux têtes et un contact dans la surface de réparation), c'est l'AS Monaco qui a bien failli ouvrir le score à la 20e minute de jeu sur une tête d'Abdou Diallo, parfaitement sortie par le portier du PSG, Alphonse Areola. Malheureusement pour l'ASM, son vis-à-vis Morgan de Sanctis fut moins en réussite. L'international italien commit une énorme faute de main, ce qui permit à son ancien partenaire à Naples, Edinson Cavani, de pousser le cuir en direction de Julian Draxler, qui n'a eu qu'à pousser le ballon dans le but vide (1-0, 26e). Cinq minutes plus tard, Cavani signa le but du 2-0 sur une magnifique talonnade, après un centre de l'intenable Angel Di Maria. À la demi-heure, les dés étaient déjà jetés.



Une grosse demi-heure d'ennui total. Après cinq minutes de jeu en deuxième période, l'ASM se mit encore à la faute, Safwan Mbae cafouillant un ballon qui finit au fond des filets. Dans la foulée, Blaise Matuidi profita d'un caviar d'Angel Di Maria  pour alourdir un peu plus le score (4-0, 52e). Avant même l'heure de jeu, Jardim décida de sortir Andrea Raggi et Valère Germain, ses deux seuls joueurs de champ avec un vrai temps de jeu cette saison. Cette fois, l'ASM alignait son équipe du CFA. Les Parisiens continuaient à jouer (notamment le brouillon Lucas), et furent récompensés d'un cinquième but par Marquinhos (90e). Ce but, certains spectateurs du Parc ne l'ont pas vu, trop impatients de rejoindre leurs pénates. Le PSG était en finale, mais ses joueurs n'ont pas fêté la chose. Et ce sont mêmes les Monégasques qui ont quitté la pelouse en dernier, après avoir salué leurs supporters, fort méritants d'avoir assisté jusqu'au bout à cette parodie de football.

>> Revivez le match dans les conditions du direct ici